• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Découverte scientifique

Bientôt un vaccin contre la maladie d’Alzheimer ?

Un vaccin composé de protéines permet, en laboratoire, de réduire les symptômes de la maladie.

Bientôt un vaccin contre la maladie d’Alzheimer ? selvanegra/istock

  • Publié le 15.11.2021 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La maladie d’Alzheimer est une pathologie neurodégénérative : elle provoque un déclin des fonctions cognitives et une perte de mémoire.
  • Aujourd’hui, il n’existe pas de traitement préventif ou curatif, les médicaments disponibles agissent uniquement sur les symptômes.
  • En 2015, 900 000 personnes en étaient atteintes en France.

D’ici à 2050, le nombre de malades d’Alzheimer devrait doubler dans le monde. Une équipe de recherche a peut être trouvé une manière de lutter contre cette pathologie. Dans une étude, publiée dans Molecular Psychiatry, les scientifiques racontent qu’ils ont découvert un traitement et un vaccin potentiel contre la maladie d’Alzheimer. Pour l’heure, leurs essais ont été réalisés sur des souris de laboratoire. 

Un changement de méthode 

Le point de départ de cette étude est un changement de paradigme. Les scientifiques ont fait le choix de ne pas se concentrer sur les plaques de protéines bêta-amyloïdes présentes dans le cerveau. Ces dernières sont considérées comme l’une des causes de la maladie. "Dans les essais cliniques, aucun des traitements potentiels qui dissolvent les plaques amyloïdes dans le cerveau n'a montré beaucoup de succès en termes de réduction des symptômes d’Alzheimer, explique Thomas Bayer, l’un des auteurs de cette étude, chercheur au sein du centre médical universitaire de Göttingen, en Allemagne. Certains ont même montré des effets secondaires négatifs. Nous avons donc opté pour une approche différente." Avec son équipe, il a ciblé une autre forme de cette protéine bêta-amyloïde, dite soluble. Puis, ils ont observé des anticorps capables de neutraliser cette forme tronquée dans des recherches sur la souris. 

Une étude, deux découvertes 

Dans un second temps, les scientifiques ont adapté cet anticorps pour qu’il soit toléré, et non ciblé, par le système immunitaire humain. Lorsque le groupe de recherche a examiné comment et où cet anticorps "humanisé", appelé TAP01_04, se liait à la forme tronquée de la bêta-amyloïde, l'équipe a été surprise. Ils ont vu que la protéine bêta-amyloïde était repliée sur elle-même, dans une structure en épingle à cheveux. "Cette structure n'avait jamais été vue auparavant dans la bêta-amyloïde, précise Mark Carr, co-auteur et professeur au sein du Leicester Institute of Structural and Chemical Biology de l'Université de Leicester. (…) Notre idée était que cette forme modifiée de bêta-amyloïde pourrait potentiellement être utilisée comme vaccin, pour encourager le système immunitaire à fabriquer des anticorps de type TAP01_04." Chez la souris, cela a fonctionné. Un second essai a permis de tester à la fois l'anticorps "humanisé" et le vaccin bêta-amyloïde modifié, appelé TAPAS, dans deux modèles de souris. Grâce à des techniques d'imagerie similaires à celles utilisées pour diagnostiquer la maladie d'Alzheimer chez l’humain, ils ont découvert que l'anticorps et le vaccin aidaient à restaurer la fonction neuronale ainsi que la perte de mémoire et à réduire la formation de plaque bêta-amyloïde.

De nouveaux essais à venir

"Cela ouvre la possibilité non seulement de traiter la maladie d'Alzheimer une fois les symptômes détectés, mais aussi de potentiellement vacciner contre la maladie avant que les symptômes n’apparaissent", estime le professeur Mark Carr. L’équipe scientifique est à la recherche d’un partenaire commercial pour lancer des études cliniques sur les humains. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES