• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Piste de traitement

Alzheimer : un médicament contre la sclérose en plaque pourrait améliorer la mémoire

Des scientifiques américains ont découvert qu'un médicament utilisé pour traiter la sclérose en plaque pourrait également s'avérer efficace pour stopper les pertes de mémoire liées à la maladie d'Alzheimer. 

Alzheimer : un médicament contre la sclérose en plaque pourrait améliorer la mémoire LightFieldStudios

  • Publié le 08.11.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Actuellement utilisé comme traitement de la sclérose en plaques (SEP), l'acétate de glatiramère a amélioré une partie du système immunitaire du cerveau et le comportement cognitif de souris modélisant la maladie d'Alzheimer.

Selon une étude publiée dans la revue Frontiers in Neuroscience et réalisée par des chercheurs du Del Monte Institute for Neuroscience de l'université de Rochester (États-Unis), l'acétate de glatiramère- un médicament sur ordonnance actuellement utilisé pour traiter les patients atteints de sclérose en plaques (SEP)- pourrait améliorer la mémoire altérée par la maladie d'Alzheimer

"Ce n'est pas un remède, mais cela pourrait être un pas dans la bonne direction pour un traitement permettant de ralentir les symptômes de cette maladie débilitante", explique Kerry O'Banion, professeur de neuroscience et auteur principal de l'étude.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont réalisé des expériences sur des modèles de souris. Âgés de 15 mois, les rongeurs développaient une inflammation des plaques amyloïdes et la présence d'une protéine tau, présente dans les maladies neurodégénératives telles qu'Alzheimer. Les chercheurs leur ont administré de l'acétate de glatiramère sur une période de huit semaines. 

Amélioration de la neuroinflammation 

Au terme de l'expérience, les auteurs des travaux ont constaté une amélioration dans une partie du système immunitaire du cerveau des souris, ainsi que dans leur comportement cognitif grâce à l'utilisation de l'acétate de glatiramère. Ces changements étaient associés à une diminution des plaques amyloïdes et à des modifications de la pathologie tau.

Des études précédentes ont montré que l'acétate de glatiramère pouvait modifier la pathologie cérébrale dans les modèles de souris de la maladie d'Alzheimer, mais les mécanismes exacts qui sont touchés dans le cerveau sont encore inconnus. 

"Dans l'ensemble, ces résultats fournissent des preuves supplémentaires que les thérapies qui modifient le système immunitaire pourraient être efficaces dans le traitement de la maladie d'Alzheimer", estime le chercheur Dawling Dionisio-Santos, co-auteur principal de l'article.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES