Publicité

QUESTION D'ACTU

Sport, chaleur, alcool

Boissons énergisantes : les 3 situations à risques

Dans son dernier avis, l'Anses pointe du doigt des situations qui potentialisent le risque de consommer des boissons énergisantes.

Boissons énergisantes : les 3 situations à risques M.LIBERT/20 MINUTES/SIPA

  • Publié 01.10.2013 à 15h10
  • |
  • |
  • |
  • |


En France, les ventes de boissons dites énergisantes (BDE) dans les hypermarchés, supermarchés et hard discounters de plus de 400 m2 progressent rapidement avec une augmentation de 30 % entre 2009 et 2011, amenant à plus de 30 millions le nombre de litres de boissons vendues en 2011, contre 23 millions en 2009. Parmi les consommateurs français, un quart environ appartiennent à la tranche 14-25 ans et 60 % sont des hommes. Plus inquiétant encore, 1 collégien sur 5 reconnaît en consommer au moins une fois dans le mois. Pourtant, cette consommation qui touche tous les tranches d'âge n'est pas anodine. En effet, dans son dernier avis publié ce mardi, l'Anses (1) rappelle que certains modes de consommation des boissons énergisantes font courir un risque aux personnes les plus sensibles.

L'association boissons énergisantes/alcool est dangereuse
L’Anses a invité en juin 2012 les professionnels de santé à lui faire remonter un maximum de déclarations d'effets indésirables suspectés d’être liés à la consommation de boissons énergisantes. Les principaux symptômes observés sont essentiellement : cardiovasculaires (sensations d’oppression ou de douleurs thoraciques, tachycardie, hypertension, troubles du rythme allant jusqu’à l’arrêt cardiaque...), psycho-comportementaux ou neurologiques (irritabilité, nervosité, anxiété, voire crises de panique, hallucinations, épilepsie).
Selon l'Agence, ces accidents surviennent lorsqu'une personne consomme des boissons énergisantes en association avec des boissons alcoolisées. L'alcool est, en effet, susceptible de potentialiser les troubles du rythme cardiaque induits par la caféine chez des sujets génétiquement prédisposés. Ces prédispositions fréquentes (canalopathies) sont la plupart du temps asymptomatiques et généralement non diagnostiquées. Elles peuvent toucher environ 1 individu sur 1000, précise l'Anses.

Ecoutez le Pr Irène Margaritis, chef de l'unité évaluation des risques liés à la nutrition : « L'association de boissons énergisantes avec l'alcool est susceptible de générer des accidents cardiovasculaires ou neurologiques...»



Des boissons à éviter avant et pendant le sport
En France, 41 % des consommateurs de boissons énergisantes déclarent consommer ces boissons avant, pendant, ou après une activité sportive. Les BDE n’ont pourtant aucun intérêt nutritionnel en situation d’exercice contrairement aux boissons de l’effort, parfois appelées « boissons énergétiques », dont la composition nutritionnelle est adaptée à la pratique d’activité physique.
Mais surtout, les boissons énergisantes ne permettent pas de préserver l’équilibre hydroélectrolytique. Au contraire, le taux élévé de caféine qu'elles contiennent, par ses effets diurétiques, majore les pertes hydroélectrolytiques. Cette déshydratation est aggravée par le caractère hyperosmolaire de la plupart des BDE. Enfin, la caféine altère les processus de thermorégulation lorsque l’exercice physique est pratiqué à la chaleur, induisant une augmentation de la température corporelle, et par conséquent, un risque accru d’accident à la chaleur. 

Certaines personnes sont plus à risques d'accidents
Par ailleurs, l'Anses recommande d’être particulièrement vigilants vis-à-vis des apports en caféine, pour certains consommateurs en particulier : les femmes enceintes et allaitantes, la caféine pouvant notamment augmenter le risque de retard de croissance du fœtus et passer dans le lait maternel. Autre population à protéger, celle des enfants et adolescents, des population particulièrement sensible à la caféine, qui sont susceptibles de s'exposer à des perturbations du sommeil, des somnolences diurnes et au risque de développement ultérieur de conduites addictives.
Enfin, l'Agence tire la sonette d'alarme notamment pour les personnes sensibles aux effets de la caféine ou présentant certaines pathologies notamment : certains troubles cardio-vasculaires, psychiatriques et neurologiques, insuffisance rénale, maladies hépatiques sévères. Chez cette population, la consommation de boissons énergisantes est vivement déconseillée par les experts.

(1) Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail

 





Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité