• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Octobre rose

Cancer du sein : une intelligence artificielle prédit le risque de rechute

Les Data Scientist d’Owkin, aiguillés par les médecins chercheurs de Gustave Roussy, ont développé une intelligence artificielle capable d’évaluer le risque de rechute de manière fiable.

Cancer du sein : une intelligence artificielle prédit le risque de rechute Sakan Piriyapongsak / istock.

  • Publié le 12.10.2021 à 18h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le cancer du sein demeure le plus fréquent chez la femme : chaque année, près de 59 000 d’entre elles apprennent qu’elles ont développé la maladie et plus de 12 100 en décèdent.
  • Les cancers du sein à un stade précoce d'évolution au moment du diagnostic présentent un taux de survie de plus de 90%.

Selon l’étude RACE AI menée par Gustave Roussy et la startup Owkin, une intelligence artificielle peut désormais prédire le risque de rechute de femmes atteintes d’un cancer du sein.

Un cancer du sein hormonosensible et localisé

RACE AI est une étude rétrospective qui a été menée sur une cohorte de 1 400 patientes prises en charge à Gustave Roussy entre 2005 et 2013 pour un cancer du sein hormonosensible (HR+, HER2-) et localisé. Ces femmes ont été traitées par chirurgie, radiothérapie, hormonothérapie, et parfois chimiothérapie afin de diminuer le risque de rechute.

"La chimiothérapie n’est pas administrée de manière systématique, car toutes les femmes n’en tireront pas un bénéfice en raison d’un pronostic naturellement favorable", explique Gustave Roussy. "Le choix du praticien se base sur des critères clinico-pathologiques (âge de la patiente, taille et agressivité de la tumeur, envahissement ganglionnaire…) et la décision d’administrer ou non une chimiothérapie adjuvante varie entre les centres d’oncologie", poursuit l’institut de recherche.

Orienter les patientes

Gustave Roussy et Owkin ont donc développé un nouvel outil d’aide à la décision thérapeutique basé sur l’intelligence artificielle. In fine, l’objectif est d’orienter les patientes identifiées à haut risque vers de nouvelles thérapies innovantes et d’éviter aux malades à faible risque une chimiothérapie inutile.

 "Les résultats de cette première étude des équipes Owkin et Gustave Roussy ouvrent de solides perspectives et devront être validés de manière prospective sur une cohorte indépendante comportant plus de patientes traitées en dehors de Gustave Roussy", jugent les experts. "Si les résultats se confirment, cette intelligence artificielle s’avérera être une aide précieuse à la décision thérapeutique", conclut Gustave Roussy.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES