• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Pollution domestique

Asthme : les ennemis de l’intérieur

Le chauffage intérieur, la cuisine et la fumée de cigarette forment une pollution domestique qui, à long terme, augmente le risque d’asthme et provoque un déclin plus rapide de la fonction pulmonaire.

Asthme : les ennemis de l’intérieur dima_sidelnikov/iStock

  • Publié le 07.06.2021 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le chauffage au bois et la cuisson au gaz génèrent un mélange complexe de particules et de gaz pouvant affecter la santé respiratoire.
  • Les technologies électriques modernes peuvent réduire la libération de particules provenant de la combustion dans la maison.
  • Pour ceux qui ont une ventilation, il faut privilégier des ventilateurs d'extraction qui évacuent l'air à l'extérieur de la maison.

Depuis mars 2020, date du premier confinement, le temps passé en intérieur a explosé. De quoi faire baisser la pollution de l’air et ses conséquences désastreuses sur la santé. En Europe, les mesures restrictives de circulation auraient même permis d’éviter 11 300 décès. Mais attention, être enfermé à l’intérieur ne protège pas contre tous les risques. Pire, de nouveaux apparaissent. La qualité de l’air que nous respirons à l'intérieur est essentielle pour notre santé pulmonaire. Selon une étude australienne, publiée le 14 janvier dans le European Respiratory Journal, la pollution domestique à long terme est lié à un risque accru d’asthme et un déclin plus rapide de la fonction pulmonaire.

La maladie pulmonaire obstructive chronique, 3ème cause de décès dans le monde en 2019

La fumée de tabac est un facteur de risque connu pour la santé pulmonaire. Mais derrière le tabac, il existe d’autres contributeurs courants à la pollution de l'air intérieur à la maison. Le chauffage au bois, la cuisson et le chauffage au gaz sont d’autres polluants dont l’exposition à long terme est nuisible pour la santé. Jusque-là, notent les chercheurs en épidémiologie de l'Allergy and Lung Health Unit (ALHU) à l’université de Melbourne qui ont réalisé l’étude, il n’y a eu aucune recherche approfondie sur les expositions à long terme liées aux méthodes de cuisson et de chauffage et leurs conséquences sur la santé respiratoire.

Avant de comprendre comment la pollution intérieure agit sur la santé, les épidémiologistes rappellent comment fonctionnent les poumons. La fonction pulmonaire passe par des phases de croissance à l'adolescence et de déclin à l'âge adulte. Le déclin accéléré de la fonction pulmonaire est l'une des principales voies de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) qui provoque la destruction des petites voies respiratoires dans les poumons, rendant la respiration de plus en plus difficile. En 2019, les MPOC ont représenté la troisième cause de décès dans le monde.

Un mélange complexe de particules et de gaz

Pour cette étude, les chercheurs ont mesuré sur 10 ans les effets des expositions domestiques sur la santé pulmonaire de 3 314 adultes. Les données ont été recueillies dans le cadre de la Tasmanian Longitudinal Health Study (TAHS) qui suit une large cohorte de la population australienne depuis 1968. Dans le cadre de cette recherche, les participants étaient tous âgés de 43 ans au début de l’étude et de 53 ans à la fin de celle-ci.

Les résultats ont permis d’identifier sept profils d'exposition à la pollution de l'air des ménages. Quatre d’entre eux - chauffage au bois, tout gaz, chauffage au bois et fumage, et chauffage au bois et cuisson au gaz - sont tous liés à un asthme persistant et à un déclin plus rapide de la fonction pulmonaire au cours des dix années de suivi. Ces expositions peuvent être nocives car la combustion du gaz et du bois génèrent un mélange complexe de particules et de gaz pouvant affecter la santé respiratoire.

Privilégier le tout électrique

Les chercheurs ont constaté que les personnes utilisant la climatisation à cycle inversé, la cuisson et le chauffage électriques, tout en vivant dans un environnement non-fumeur présentent le risque le plus faible de symptômes d'asthme et de diminution de la fonction pulmonaire par rapport aux autres catégories. Selon eux, cela est dû au fait que les technologies électriques modernes peuvent réduire la libération de particules provenant de la combustion dans la maison, tandis que la climatisation à cycle inversé peut éliminer les particules en raison de la filtration de l’air. Par ailleurs, avoir une bonne ventilation, c’est-à-dire avoir des ventilateurs d'extraction qui évacuent l'air à l'extérieur de la maison, réduit les effets néfastes de la pollution de l'air domestique sur la santé respiratoire. Il peut ainsi être particulièrement important de ventiler les maisons lorsque celles-ci utilisent des systèmes de chauffage et de cuisson domestiques qui génèrent des niveaux élevés de polluants.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité