• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Une pathologie handicapante

Le cercle vicieux du mal de dos : risque accru de mortalité pour les femmes

Lorsqu’il devient handicapant, le mal de dos engendre une baisse de l’activité physique et une prise de poids, qui peuvent provoquer des maladies cardiovasculaires.  

Le cercle vicieux du mal de dos : risque accru de mortalité pour les femmes undefined undefined/istock

  • Publié le 22.04.2021 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le mal de dos empêche de faire l'exercice physique qui protège des maladies cardio-vasculaires
  • Ces douleurs sont également liées à un plus grand risque de chute

Une maladie peut en cacher une autre : les personnes souffrant de douleurs au dos ont davantage de risque de souffrir d’autres pathologies. Dans la revue spécialisée Journal of General Internal Medicine, des chercheurs du centre médical de Boston aux États-Unis remarquent que ces maux sont associés à un risque de mortalité plus élevé pour les femmes. Ce n’est pas le cas pour les hommes. 

Une dégradation du mode de vie 

Les chercheurs ont réalisé une méta-analyse : ils ont travaillé sur les données de plus de 11 études. Au total, l’échantillon comprenait plus de 80 000 personnes. En étudiant ces données, ils ont établi que les femmes souffrant de maux de dos sévères ont un risque de décès plus élevé, en comparaison aux femmes n’en étant pas atteintes. L’équipe de recherche considère que les douleurs sont sévères à partir du moment où elles empêchent une personne de faire de l’exercice ou de réaliser les tâches quotidiennes. Pour les individus concernés, elles deviennent un véritable obstacle au quotidien et réduisent généralement l’activité physique. Or, cela augmente le risque de prise de poids et l’apparition ou l’aggravation de certaines pathologies, notamment cardiovasculaires. "Les douleurs au dos sont aussi associées à un mauvais équilibre et des chutes, précise l’équipe de recherche, cela peut provoquer des fractures de fragilité."

Comment soulager le mal de dos ? 

"La gestion adaptée du mal de dos est importante", souligne Eric Roseen, l’un des auteurs de cette étude. Elle passe par des méthodes non-pharmacologiques, comme l’acupuncture, la chiropraxie ou encore les massages, et des traitements médicamenteux. Les opioïdes sont régulièrement proposés aux patients souffrant de maux de dos chroniques, or aux États-Unis, ils sont responsables d’une crise sanitaire caractérisée par des overdoses très nombreuses. Entre septembre 2019 et septembre 2020, plus de 85 000 Américains en sont morts. Eric Roseen espère que ces résultats permettront de lancer de nouvelles recherches afin de trouver des traitements, aussi efficaces mais plus sûrs. 

Le mouvement est le meilleur médicament

La notion de mal de dos englobe plusieurs pathologies aux causes et aux conséquences différentes : sciatique, lombalgie, scoliose, hernie, etc. Lorsque les douleurs sont modérées, ou du moins non-chroniques, il est important d’adapter son mode de vie pour éviter qu’elles ne deviennent totalement handicapantes. Contrairement aux idées reçues, l’inactivité est la pire des idées : pour diminuer les douleurs, il faut être actif. Cela passe par la réalisation des tâches quotidiennes, mais aussi par la marche, quelques étirements voire du sport. Pour être en bonne santé, il faut bouger !

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité