Publicité

QUESTION D'ACTU

Douleur rebelle

Sciatique: un nouvel examen pour mieux choisir le traitement des formes chroniques

Dans la sciatique chronique, une forme rebelle de douleur du nerf sciatique, l’analyse du siège précis de l'inflammation neurologique (racine ou moelle épinière) au moyen d'un nouvel examen peut déterminer quels malades pourront le mieux bénéficier des différents traitements.

Sciatique: un nouvel examen pour mieux choisir le traitement des formes chroniques Remains/istock

  • Publié 12.05.2018 à 19h48
  • |
  • Mise à jour le 14.05.2018 à 07h57
  • |
  • |
  • |


Une étude révèle, pour la première fois chez l'homme, que les personnes souffrant de sciatique chronique ont des signes d'inflammation dans des zones clés du système nerveux.

Dans un article publié dans la revue Pain, une équipe de recherche du Massachusetts General Hospital (MGH) montre que les niveaux moyens d'un marqueur de l’inflammation d’origine neurologique sont élevés dans les zones dorsales de la moelle épinière et des racines nerveuses des patients souffrant de sciatique chronique.

L'étude montre également une association nette entre le niveau de l’inflammation dans la racine nerveuse atteinte et la réponse aux injections anti-inflammatoires de corticoïde autour de cette racine.

La sciatique est une maladie surtout inflammatoire

Même si l’existence d’une inflammation des racines nerveuses est démontrée lors des douleurs de la sciatique aiguë, et qu’elle justifie les injections de corticoïdes à visée anti-inflammatoires réalisées dans cette indication, les preuves reliant une inflammation neurologique avec la douleur au cours d’une sciatique chronique restaient limitées chez l’homme.

Plusieurs études animales ont permis de démontrer l’implication de l’inflammation dans la douleur chronique, par activation du système immunitaire ou des cellules gliales (qui jouent un rôle important dans le système nerveux), ce qui soulève la possibilité que le blocage médicamenteux de l’inflammation d’origine neurologique pourrait être un traitement adapté.

Il en est ainsi d’études qui ont démontré l’activation des cellules gliales dans le cerveau de malades souffrant de douleur chronique, mais aucune étude n'avait jusqu’ici démontré l’existence d’une inflammation neurologique en dehors du cerveau chez les personnes souffrant de douleur chronique.

Le TSOP, un marqueur de l’inflammation neurologique

La présente étude combine les techniques traditionnelles d’imagerie, comme l'IRM, à l'imagerie TEP avec un produit contraste radiologique qui se lie au TSPO, un marqueur de l’inflammation neurologique. Elle visait à tester l'hypothèse selon laquelle l’atteinte chronique de la racine, au cours d’une lombosciatique chronique, serait associée à une activation inflammatoire de la moelle épinière et de la racine nerveuse, dans les espaces de la colonne vertébrale autour de la moelle.

Les participants à l'étude, 16 malades souffrant de sciatique chronique et 10 volontaires sains (témoins), ont eu une imagerie combinée par IRM et TEP qui s’est focalisée sur le foramen, un orifice latéral de la colonne vertébrale lombaire par lequel la racine sort du canal médullaire à chaque étage.

Des images des sections de la moelle épinière inférieure correspondant à l’émergence des racines nerveuses touchées par la sciatique ont également été réalisées dans un sous-groupe de 18 patients (9 malades et 9 témoins).

Le TSOP plus élevé dans les racines des répondeurs aux corticoïdes

Par comparaison aux participants du groupe témoin, les niveaux de TSPO chez les patients souffrant de sciatique chronique sont plus élevés dans les racines (région du foramen) et la moelle épinière. Les élévations associées à la sciatique sont en effet observées dans les racines nerveuses du côté atteint et dans les segments de la moelle épinière correspondants.

Parmi les 9 malades qui ont reçu des injections de corticoïdes dans le cadre de leur traitement (2 avant le scanner et 7 après), seuls 5 ont bénéficié d'un soulagement significatif de la douleur, mais ces 5 malades soulagés ont tous des niveaux de TSPO plus élevés et donc d’inflammation neurologique dans la racine nerveuse, au niveau de la région foraminale.

Identifier le siège exact de l’inflammation neurologique

« Le fait que les patients avec les élévations de TSPO les plus élevés dans les racines nerveuses bénéficient le plus du traitement anti-inflammatoire par infiltration locale de corticoïde est logique », explique l’un des chercheurs. « Pour les patients qui n'ont pas ressenti d’effet bénéfique après l’injection de corticoïde, la source de l'inflammation et de la douleur peut être ailleurs que dans la racine nerveuse : dans la moelle épinière ou dans le cerveau lui-même. »

Si d’autres études de plus grande taille confirment que l'efficacité des injections de corticoïdes est corrélée avec l'inflammation des racines nerveuses, les médecins auront un moyen d'identifier les patients les plus susceptibles de bénéficier de cette procédure.

Pour les malades qui ne répondent pas aux injections locales de corticoïde, la recherche pour trouver un traitement à même de traiter l’inflammation neurologique au niveau de la moelle est en cours. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité