• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Covid-19

Vaccination au travail : mode d’emploi

À partir de jeudi, les personnes de 50 à 64 ans qui ont des comorbidités pourront se faire vacciner par la médecine du travail.

Vaccination au travail : mode d’emploi nevodka/iStock

  • Publié le 23.02.2021 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Cette vaccination se fera dans le respect du secret médical et sur la base du volontariat.
  • Le protocole mis en place s’adaptera à l’évolution de la vaccination.

Se faire vacciner sur son lieu de travail va être possible. Ce jeudi 25 février, les médecins du travail seront en capacité d’administrer le AstraZeneca aux salariés de 50 à 64 ans qui présentent une comorbidité. “Dans ce cadre, les services de santé au travail (SST), services autonomes et services inter-entreprises, peuvent s’engager dans la campagne de vaccination auprès des salariés répondant aux critères d’âge et de comorbidité tels que définis par les autorités sanitaires”, a indiqué ce lundi le secrétariat d’État chargé des retraites et de la santé au travail dans un communiqué.

Secret médical et volontariat

Le protocole de vaccination, transmis le 16 février dernier par la Direction générale du Travail, prévoit une livraison de dix doses par professionnel de santé la première semaine avant d’augmenter progressivement. Le nombre de doses devrait être le même pour toutes les entreprises, quelle que soit leur taille. Les médecins du travail “doivent se rapprocher de la pharmacie d’officine de leur choix, pour s’identifier et se procurer des doses du vaccin AstraZeneca sous le même régime de contingentement”, précise le texte.

Cette vaccination se fera dans le respect du secret médical et sur la base du volontariat. “Comme pour tout acte de vaccination, leur intervention se fait dans le strict respect des règles déontologiques liées au consentement des personnes, au secret médical et à la confidentialité des vaccinations vis-à-vis de l’employeur”, est-il précisé dans le communiqué. Un récent sondage a indiqué que plus d'un Français sur deux (52%) seraient favorables à une vaccination obligatoire en entreprise.

Quelques effets secondaires

Le protocole mis en place s’adaptera à l’évolution de la vaccination. Pour l’instant, le périmètre d’intervention concerne les médecins du travail et des infirmières et “sera amené à s’adapter dans les semaines qui viennent au fur et à mesure de l’évolution de la stratégie vaccinale globale et de la disponibilité des vaccins”, ajoute le texte.

Le déploiement de ce vaccin a permis d’avoir des premières indications sur ses effets secondaires. L’agence du médicament (ANSM) a indiqué vendredi 19 février dans un communiqué que le “signal potentiel identifié le 11 février, de syndromes pseudo-grippaux souvent de forte intensité (fièvre élevée, courbatures, maux de tête) se confirme.” Les 363 cas déclarés concernent principalement des personnes de moins de 50 ans. L’ANSM a conclu en expliquant que ces effets secondaires ne remettent pas en cause “le rapport bénéfice/risque du vaccin” et qu’une étude est “en cours d’évaluation au niveau européen”.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité