• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Environnement

Métabolisme, système immunitaire : comment les nanoplastiques menacent notre santé

Ces particules de plastiques dégradent le microbiote intestinal, ce qui a des conséquences sur l’organisme dans son ensemble.

Métabolisme, système immunitaire : comment les nanoplastiques menacent notre santé pcess609/istock

  • Publié le 23.12.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • 10% des particules de plastique que nous ingérons imprègnent nos cellules
  • Des études sur les animaux montrent des modifications du génome à long terme
  • Aucune technique ne permet aujourd'hui de traiter les nanoparticules

Lorsque le plastique se dégrade, il se fragmente en micro et nano-particules. Celles-ci se retrouvent ensuite dans l’environnement, aussi bien dans l’air que dans l’eau. Elles peuvent pénétrer l’organisme de trois façons : par la voie digestive, lorsque les nano-particules sont présentes dans les aliments que nous mangeons, par la peau ou par l’inhalation, lorsqu’elles sont dans l’air. Des chercheurs de l’université autonome de Barcelone, du centre de recherche et d’applications écologiques et forestières de Barcelone et du centre pour les études marines et environnementales du Portugal montrent que cette omniprésence des particules de plastique à des conséquences importantes sur notre santé. Ils publient les résultats de leurs travaux dans Science Bulletin. 

Des conséquences inconnues sur le long terme 

Les chercheurs estiment que 90% du plastique que nous ingérons est rejeté par l’organisme, mais 10% parvient à intégrer nos cellules. D’après cette étude, les nano-particules perturbent la bonne absorption des nutriments et créent des réactions inflammatoires des parois intestinales. Mais ce ne sont pas les seules conséquences : le microbiote intestinal est transformé dans sa composition et dans son fonctionnement. D’après les chercheurs, cela a des conséquences sur le métabolisme et le système immunitaire. Dans leur article, ils alertent sur l’impact à très long terme de ces modifications : des études sur des animaux attestent de l’apparition de changements du génome. Pour l’une des autrices de cette étude, Mariana Teles, cette recherche a pour but "d’alerter sur le fait que le plastique est présent presque partout autour de nous, il ne se désintègre pas et nous y sommes constamment exposés". 

Comment réduire le plastique dans notre environnement ? 

Les scientifiques rappellent qu’aucune technique ne permet aujourd’hui de traiter les nano-particules de plastique. Les méthodes de filtration et de centrifugation sont efficaces seulement sur des particules plus larges. "Pour résoudre le problème de la pollution plastique, les habitudes humaines doivent changer, insiste Mariana Teles, les politiques mises en place doivent être basées sur des décisions prises en connaissance des risques et des alternatives existantes." Elle estime également que l’impact des actions individuelles est important, comme le choix de produits bons pour l’environnement ou le recyclage. "Les autorités pourraient encourager les actions pro-environnementales à travers des incitations économiques, comme des avantages fiscaux pour la réutilisation du plastique dans l’industrie ou grâce à un système de consignes des bouteilles pour les consommateurs", conclut l’équipe de recherche.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES