• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

pollution atmosphérique

Il existerait un lien entre les particules fines dans l’air et les troubles neurologiques

Chez les personnes âgées de plus de 65 ans, une forte concentration de particules fines PM2.5 augmenterait de 13% la survenue de troubles neurologiques tels que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson ou d’autres formes de démence.

Il existerait un lien entre les particules fines dans l’air et les troubles neurologiques Andrei Stanescu/iStock

  • Publié le 21.10.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La pollution de l'air aurait une incidence sur les troubles neurologiques.
  • Elle augmenterait de 13% le risque d'admission à l'hôpital pour des maladies comme Alzheimer, Parkinson et d'autres formes de démence chez les plus de 65 ans.
  • La concentration en particules fines PM2.5 toucheraient les citadins, les personnes caucasiennes et les femmes.

Le bien-être de notre cerveau passe par ce que nous respirons. L’air qui rentre dans nos poumons, s’il est vicié par la pollution, pourrait accroître la survenue de troubles neurologiques tels que la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et d’autres formes de démence. Une étude menée conjointement par les écoles de santé publique des universités Emory et Columbia (Etats-Unis) s’est intéressée aux effets de la pollution par des particules fines (PM2.5) et les maladies neurodégénératives. Les résultats ont été publiés le 19 octobre 2020 dans The Lancet Planetary Health.

Un risque accru de 13%

Pour comprendre le lien entre l’aggravation de la démence et la pollution atmosphérique, les chercheurs ont examiné les données relatives aux admissions à l’hôpital entre 2000 et 2016 de 63 millions de bénéficiaires de l’Assurance maladie aux Etats-Unis. Ces données ont été croisées avec les relevés de concentrations de particules fines PM2.5 et les codes postaux des personnes concernées. Tous les patients de cette étude étaient âgés d’au moins 65 ans. 

Ainsi, ils ont constaté que pour 5 microgrammes d’air supplémentaire pollué par les particules fines, il y avait un accroissement de 13% des admissions à l’hôpital, aussi bien pour la maladie d’Alzheimer que pour la maladie de Parkinson et les autres démences. 

Notre étude s'appuie sur la base de preuves, petite mais émergente, indiquant que les expositions à long terme aux PM2,5 sont liées à un risque accru de détérioration de la santé neurologique, même à des concentrations de PM2,5 bien inférieures aux normes nationales actuelles”, indique Xiao Wu, doctorants en biostatistique et coauteur de l’étude.

Les citadins sont les plus concernés

Les femmes, les personnes caucasiennes et la population urbaine seraient particulièrement touchés par ce phénomène selon l’étude. De même, en ce qui concerne les Etats-Unis, les cas de maladie de Parkinson sont plus élevés dans le nord-est du pays, tandis que les cas de maladie d’Alzheimer et d’autres démences se concentraient plus dans le Midwest. 

Notre étude à l'échelle des États-Unis montre que les normes actuelles ne protègent pas suffisamment la population américaine vieillissante, ce qui souligne la nécessité de normes et de politiques plus strictes qui contribuent à réduire davantage les concentrations de PM2,5 et à améliorer la qualité de l'air en général”, souligne Antonella Zanobetti, chercheuse en santé environnementale et coautrice de l’étude. 

Publicité
















Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité