• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Découverte

Cancer : un gène qui favorise les métastases et les résistances aux traitements identifié

Un des gènes dont les mutations sont fréquemment impliquées dans le cancer a été identifié pour la première fois.

Cancer : un gène qui favorise les métastases et les résistances aux traitements identifié Rasi Bhadramani/iStock

  • Publié le 17.12.2020 à 18h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La mutation de ce gène est présente dans 30% des cancers "tête et cou", poumons, cavité buccale et cancers invasifs de la peau, et chez des patientes qui ont un cancer du sein et résistent aux traitements médicaux couramment employés.
  • Les cancers dans lesquels est impliquée la mutation de ce gène FAT1 sont sensibles à une chimiothérapie utilisée dans le cancer du sang

C’est une très bonne surprise. Des chercheurs de l’université Libre de Bruxelles (ULB) ont découvert que les mutations de l’un des gènes les plus fréquents dans le cancer favorisent les caractéristiques invasives, les métastases et la résistance à certains traitements anticancéreux. “On ne s’attendait pas du tout à cet aspect invasif et métastatique. C’était une surprise”, s’est réjoui à la RTBF Cédric Blanpain, auteur principal de l’étude publié le 16 décembre dans la revue Nature.

Le gène FAT1

Le gène s’appelle FAT1. La mutation de ce gène est présente dans 30% des cancers "tête et cou", poumons, cavité buccale et cancers invasifs de la peau mais on la retrouve également chez des patientes qui ont un cancer du sein et résistent aux traitements médicaux couramment employés. “Nous avions découvert ce côté super-métastatique dans une autre étude de la même co-auteure, la Docteure Ievgenia Pastushenko, il y a deux ans, mais nous n’avions jamais trouvé le gène qui était responsable de cela”, poursuit Cédric Blanpain.

Les métastases, qui consistent en la dissémination des cellules tumorales dans les différents organes de l’organisme, constituent la principale cause de mortalité chez les patients atteints d’un cancer. “Pour former des métastases, les cellules doivent quitter la tumeur primaire, circuler dans le sang, coloniser des organes distants et former des métastases distantes”, précise l’ULB dans un communiqué sur la nouvelle découverte. Il a été suggéré que la transition épithélio-mésenchymateuse (EMT), un processus par lequel les cellules de l’épiderme se détachent de leurs cellules voisines et acquièrent des propriétés migratoires des cellules mésenchymateuses, était importante pour initier la cascade métastatique permettant aux cellules cancéreuses de quitter la tumeur primaire. Cependant, les mutations génétiques qui favorisent l’EMT ne sont pas connues.” Le gène FAT1 apparaît comme l’un des gènes les plus fréquemment mutés dans un grand nombre de cancers.

Un gène sensible aux médicaments contre le cancer du sang

Les chercheurs ont identifié que les cancers mutés pour le gène FAT1 sont particulièrement sensibles à d’autres médicaments qui sont actuellement utilisés pour traiter les patients atteints de cancer du sang. Ces cellules résistantes à la chimiothérapie classique du cancer sont sensibles à une chimiothérapie active sur le cancer du sang et ouvrent une nouvelle voie thérapeutique. “Ces résultats auront des implications très importantes et immédiates pour la thérapie personnalisée chez les patients atteints de cancers présentant des mutations dans FAT1, se félicite le chercheur. Nous allons essayer de nouer un partenariat avec les personnes qui ont développé ces médicaments contre les cancers du sang et de réaliser des études précliniques chez des patients pour étudier l’activité de ces médicaments dans ces cancers au gène FAT1 muté.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité