• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

IQOS

Le tabac chauffé, “protecteur de la santé publique” : la campagne de Philip Morris fait bondir les associations anti-tabac et les tabacologues

Le leader mondial des cigarettiers Philip Morris fait la promotion son dispositif de tabac chauffé IQOS, vendu comme un “produit du tabac à risque modifié”.

Le tabac chauffé, “protecteur de la santé publique” : la campagne de Philip Morris fait bondir les associations anti-tabac et les tabacologues Capture d'écran/Amazon

  • Publié le 17.07.2020 à 20h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les dispositifs de tabac chauffé se distinguent des cigarettes électroniques qui ne contiennent pas de tabac
  • Un des grands cigarettiers s'appuie sur l'autorisation accordée par la FDA américaine pour promouvoir son produit
  • Les tabacologues et les associations anti-tabac s'insurgent contre sa campagne de communication

Dans un récent communiqué de presse, le leader mondial des cigarettiers Philip Morris se réjouit de l’autorisation que lui a récemment accordée aux États-Unis la Food and Drug Administration (FDA) de commercialiser son dispositif de tabac chauffé IQOS en tant que “produit du tabac à risque modifié”

Les produits à base de tabac chauffé sont composés d’un dispositif à piles, qui permet de chauffer du véritable tabac contenu dans une capsule, sans le brûler. Ils se distinguent des cigarettes électroniques, qui ne contiennent pas de tabac, mais un liquide chauffé.

Le tabac chauffé est classé comme “un produit du tabac”

Cette campagne de communication offensive, qui se targue de “protéger et de promouvoir la santé publique”, a de quoi surprendre. Considérant d’abord que le tabac chauffé est classé comme “un produit du tabac”, elle est en principe illégal en France. “La propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur du tabac, des produits du tabac, des ingrédients définis à l'article L. 3512-2, ainsi que toute distribution gratuite ou vente d'un produit du tabac à un prix inférieur à celui qui a été homologué conformément à l'article 572 du code général des impôts sont interdites", peut-on lire sur Légifrance. 

Pas de consensus scientifique 

Philip Morris certifie ensuite l’existence d’un “consensus scientifique international indépendant" sur la moindre dangerosité du tabac chauffé IQOS. Dans les faits, il n’en est rien : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) rappelle qu’il n’existe aucune preuve démontrant que le tabac chauffé soit moins nocif que les produits du tabac classique. “Que le tabac chauffé soit plus ou moins toxique que la cigarette, on n’en sait rien pour le moment. Mais ce qui est sûr, c’est que le tabac chauffé IQOS tue, certifie Bertrand Dautzenberg, tabacologue à l’institut Arthur-Vernes. Cette substance rend accro, et fait régulièrement basculer des non-fumeurs, souvent jeunes, vers la cigarette et son lot de maladies mortelles. Le tabac à chauffer IQOS se fume entre trois et cinq minutes, produisant un pic de nicotine dans le sang : c'est lui qui est responsable de l'addiction.”

Entretenir ou créer la dépendance

Avec cette campagne de communication axée sur la santé, “Philip Morris cherche ni plus ni moins à entretenir ou créer la dépendance. Par ailleurs, l’autorisation de la FDA, largement influencée par les lobbys industriels du tabac, n’est en rien un gage de protection de la santé publique", analyse Bertrand Dautzenberg. 

Quant aux associations anti-tabac, qui luttent contre ces produits, responsables selon elles de la mort de 30 000 Français par an et plus d’un million de personnes dans le monde, elles s’inquiètent aussi qu’IQOS soit présenté par Philip Morris comme “l’opportunité du siècle pour la santé publique". “Par l’antagonisme fondamental de ses intérêts avec ceux de la santé publique, Philip Morris ne peut en aucun cas être considéré comme un partenaire dans l’élaboration d’un monde sans fumée, ni, a fortiori, sans tabac", soulignent l’Alliance contre le tabac (ACT) et le Comité national contre le tabagisme (CNCT). La “manœuvre de cette société, qui est coutumière de ce type d’imposture, doit rester lettre morte”,  concluent les deux associations anti-tabac. 

De son côté, le cigarettier se défend : "Philip Morris France n’organise pas de campagne de communication autour de la décision de la Food and Drug Administration (FDA) américaine sur le dispositif Iqos (valable sur le territoire américain uniquement). De plus, rien dans le communiqué de presse transmis ou accessible ne peut être considéré comme de la promotion du produit ou du tabac de manière générale". 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité