• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sondage

Tabac, alcool, régime : le confinement a eu un impact positif sur les habitudes des Français

Contrairement à ce que l'on aurait tendance à croire, le confinement a contribué à faire reculer les "mauvaises habitudes" de certains Français, à l'instar de la consommation d'alcool et de tabac. C'est ce que révèle un sondage Odoxa mené les 12 et 13 mars derniers, puis les 13 et 14 mai.

Tabac, alcool, régime : le confinement a eu un impact positif sur les habitudes des Français FamVeld/iStock

  • Publié le 08.06.2020 à 17h40
  • |
  • |
  • |
  • |


Pendant le confinement, les réseaux sociaux se sont fait le relais de nombreux changements du mode de vie de chacun. Entre la consommation d'alcool liée aux "coronapéros", le manque de sport et la "comfort food", on aurait tendance à croire que les excès sont devenus légion. Pourtant, un sondage réalisé par Odoxa pour la FG2A, la Chaire santé de Sciences Po, Le Figaro Santé et France Info laisse à penser le contraire.

L'enquête, menée auprès de 1 000 Français les 12 et 13 mars derniers, puis de 1000 autres les 13 et 14 mai, révèle que les "mauvaises habitudes" ont diminué durant le confinement. Ainsi, 79% des sondés consommaient des produits alimentaires gras ou sucrés avant, contre 76% pendant (-3 points), tandis que 48% des personnes interrogées mangeaient des aliments fortement salés avant, contre 43% pendant (-5 points). 

57% de consommateurs d'alcool avant le confinement contre 51% pendant 

De même, le nombre de consommateurs d'alcool a reculé : ces derniers représentaient 57% de la population à la mi-mars contre 51% durant les huit semaines qui ont suivi (-6 points). Le nombre de fumeurs a également diminué, puisqu'il est passé de 27% à 23% (-4 points). En revanche, l'usage du cannabis est resté stable (il concerne toujours 5% de la population), à l'instar du recours à certains médicaments potentiellement dangereux, comme les anxiolytiques et les somnifères (12%).

Enfin, la pratique sportive n'a pas été trop affectée par le confinement, puisque l'exercice physique très régulier est passé de 65% avant à 64% pendant (-2 points). Malgré tout, 35% des Français ont pris du poids entre la mi-mars et la mi-mai, tandis que 18% des sondés en ont perdu (-17 points entre ces deux données). Plus précisément, 34% des personnes ayant grossi ont pris 2 à 2,9 kilos, 36% 3 à 4,9 kilos et 19% 5 kilos et plus.

"Il est bien probable que cette cruelle expérience collective aboutisse à un 'mieux vivre'"

À l'échelle européenne, les Français font partie des bons élèves du confinement. S'ils sont ceux à avoir ingéré le plus de produits alimentaires gras ou sucrés, ils arrivent en deuxième position – avec l'Espagne – derrière la Grande-Bretagne pour la consommation d'alcool et en troisième position derrière l'Espagne, puis l'Allemagne et l'Italie ex æquo, pour le tabagisme.

"Même si, pour certains, ce pronostic rejoint le souhait, voire le vœu pieux, il est tout de même bien probable que cette cruelle expérience collective aboutisse à un 'mieux vivre' pour l’immense majorité des Français et des Européens, note Gaël Sliman, le président d'Odoxa.
 Naturellement, cela ne veut pas dire que les autres, très minoritaires, qui ont aggravé leurs travers durant cette période en fumant plus, buvant plus ou mangeant plus, ne provoqueront pas quelque poussée des pathologies associées dans les mois à venir...". Selon lui, les résultats du sondage peuvent tout de même nous pousser à nous montrer "raisonnablement optimistes" quant à la qualité de la santé collective à moyen terme.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité