• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Stress post-traumatique

Stress en début de vie : une association sélective avec le risque de dépression plus tard

Une vaste méta-analyse menée sur plus de 44 000 participants montre que le stress lié à différents états ou traumatismes au début de la vie sont associés à un risque important de dépression pendant l’enfance ou l’adolescence.

Stress en début de vie : une association sélective avec le risque de dépression plus tard KatarzynaBialasiewicz/iStock

  • Publié le 15.07.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les enfants et les adolescents exposés au stress durant leur petite enfance ont 2,5 fois plus de risque de souffrir de stress post-traumatique.
  • Huit types de stress ont été analysés : tous n'ont pas la même incidence sur leur santé mentale.

Les personnes exposées à un stress précoce sont plus susceptibles de développer un trouble dépressif majeur pendant l’enfance ou l’adolescence. Cependant, tous les types de stress ne sont pas concernés.

C’est ce que révèle une étude publiée dans le Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (JAACAP). “Les chercheurs ont découvert que le stress au début de la vie augmente le risque de développer une dépression à l'âge adulte. Nous voulions savoir dans quelle mesure il était associé à la dépression plus tôt dans la vie, en particulier pendant l'enfance ou l'adolescence, explique l’autrice principale Joelle LeMoult, chercheuse à l'université de Colombie-Britannique (Canada). Étant donné que les dépressions précoces se manifestent souvent de manière récurrente tout au long de la vie. Nous avons découvert que l'exposition au stress en début de vie doublait la probabilité qu'une personne développe une dépression de jeunesse.”

2,5 fois plus de risques de développer un stress post-traumatique

Les chercheurs se sont basés sur une méta-analyse de données provenant de 62 articles et plus de 44 000 participants évaluant le stress du début de la vie et la présence ou non de troubles mentaux avant l’âge de 18 ans.

Huit types de stress ont par ailleurs été recherchés : les abus sexuels, les violences physiques, le décès d'un membre de la famille, la violence domestique, les abus émotionnels, la pauvreté, la maladie/les blessures et l'exposition à une catastrophe naturelle.

Ils ont constaté que, par rapport aux autres jeunes, ceux exposés à un stress précoce avaient 2,5 fois plus de risques de développer un trouble de stress post-traumatique.

Toutefois, tous les types de stress n’ont pas le même effet. Ainsi, les abus sexuels, les violences physiques, le décès d'un membre de la famille, la violence domestique et les abus émotionnels ont été associés à un risque significativement plus élevé de souffrir d'un trouble déficitaire de l'attention durant l'enfance. En revanche, la pauvreté, la maladie/les blessures et l'exposition à une catastrophe naturelle n'ont pas été associées.

Selon les auteurs de l’étude, ces résultats “démontrent que les effets négatifs du stress précoce sur le risque de dépression se manifestent tôt dans le développement, avant l'âge adulte, et varient selon le type de stress. En outre, les résultats vont dans le sens des recommandations à mieux prendre en considération le stress en début de vie.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité