• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Immunité

Covid-19 : moins de 10 % de la population a été infectée en Ile-de-France et dans le Grand Est

D’après une étude de l’Institut Pasteur, 4,4% de la population a contracté le coronavirus à l’échelle nationale. 

Covid-19 : moins de 10 % de la population a été infectée en Ile-de-France et dans le Grand Est Motortion/istock

  • Publié le 14.05.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Plus de 140 000 cas d’infection au Covid-19 ont été confirmés en France, d’après les données de Santé publique France datée du 13 mai 2020. Ce chiffre ne prend pas en compte les personnes asymptomatiques, ni celles n’ayant pas été testées. Dans la revue Science, l’Institut Pasteur a publié les résultats d’une modélisation de l’épidémie dans le pays, le 13 mai. D’après les données obtenues, la contamination a été moins importante que ce que suggéraient les prévisions. 

Une faible proportion de la population a contracté le Covid-19

Les chercheurs ont modélisé la transmission du virus au niveau national et régional. Selon eux, elle a chuté de 77 % grâce au confinement. Le taux de reproduction de base du virus, R0, soit le nombre de personnes infectées par une seule personne contaminée en moyenne, est passé de 2,90 à 0,67. Les chercheurs estiment que 2,8 millions de personnes ont été infectées par le virus au 11 mai 2020, ce qui représente 4,4 % de la population. À la fin du mois d’avril, l’Institut Pasteur estimait qu’environ 5,7 % de la population française aurait été infectée au 11 mai. Simon Cauchemez, de l’Institut Pasteur, explique à L’Express que ces variations ne sont pas l’élément important. “Ce sont surtout les intervalles d'incertitude qui comptent : on était entre 3 et 10%, on est aujourd'hui entre 3 et 7%”. Cela signifie que les données sont plus fiables. Dans les deux régions françaises les plus touchées, le taux est plus important : 9,9 % en Ile-de-France et 9,1 % dans la région Grand Est au 11 mai. 

De la nécessité de maintenir des mesures de contrôle 

Nos résultats suggèrent fortement que, sans vaccin, l’immunité collective seule ne sera pas suffisante pour éviter une seconde vague après le déconfinement”, analysent les scientifiques de l’Inserm. Ils rappellent que pour un contrôle de l’épidémie uniquement basé sur l’immunité collective, 65 % de la population doit avoir été infectée. “Des mesures de contrôle efficaces permettant de limiter le risque de transmission doivent être maintenues au-delà du 11 mai pour éviter un rebond de l’épidémie”, concluent-ils.

La distanciation physique et les gestes barrière restent aujourd'hui la règle en France. Le port du masque est, par exemple, obligatoire dans le train, l’avion et les autres transports en commun, ainsi que les taxis. De nouvelles mesures devraient être annoncées à la fin du mois de mai, afin de préparer la suite du déconfinement à partir du 2 juin, sous réserve que l'épidémie ne reparte pas à la hausse.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité