• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Complications

Coronavirus : la maladie s'attaque aussi aux reins

D'après un spécialiste des reins interrogé par RFI le 13 avril, certains patients atteints du Covid-19 ont développé de graves problèmes rénaux alors qu'ils ne souffraient d'aucune pathologie au préalable. 

Coronavirus : la maladie s'attaque aussi aux reins Ben-Schonewille/iStock

  • Publié le 14.04.2020 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Des lésions rénales ont été observées chez des patients sans antécédents atteints de Covid-19
  • Les patients en insuffisance rénale ont un système immunitaire déficient

Si le Covid-19 se dévoile chaque jour un peu plus, l’étendue possible de ses dégâts reste méconnue. On a appris que les personnes souffrant de maladies coronariennes ou d’hypertension étaient plus à risque de contracter la maladie et de développer des symptômes graves, susceptibles de les conduire à une hospitalisation. De plus, les chercheurs ont découvert que le nouveau coronavirus pouvait provoquer des lésions cardiaques même chez les patients ne souffrant d’aucun problème cardiaque. On apprend désormais que le virus pourrait également entraîner des problèmes rénaux chez les patients qui n’en avaient pas jusqu’ici, avec des conséquences à long terme.

On retrouve le virus dans le rein, il existe plusieurs publications scientifiques à ce sujet. Dans de nombreux cas, ces patients, qui n’avaient jamais eu de maladie du rein avant, développent de graves lésions rénales. En fonction de la gravité et de la durée de l’infection pendant leur combat contre le Covid-19, ces patients peuvent développer une insuffisance rénale chronique”, explique Brad Rovin, directeur du département de néphrologie à l'université d'État de l'Ohio (Etats-Unis), à RFI le 13 avril.

Le professeur cite une étude chinoise montant que de nombreux patients ont des quantités notables de protéine et de sang dans les urines, “ce qui suggère là encore, que le virus atteint directement le rein.”

“Les patients en grande insuffisance rénale n’ont pas le même système immunitaire que les autres”

En toute logique, si des patients qui n’avaient pas de problèmes rénaux au préalable peuvent en développer après avoir été touchés par le Covid-19, les personnes déjà fragiles à ce niveau-là ont plus de risques de développer une forme grave de la maladie. Soit les patients souffrant de diabète, d’hypertension ou de maladies cardiovasculaires, des afflictions qui peuvent entraîner une insuffisance rénale, la nécessité de faire des dialyses ou de procéder à une greffe.

De plus, les patients qui sont en grande insuffisance rénale n’ont pas le même système immunitaire que les autres. Ce sont aussi des patients pour lesquels la distanciation sociale est impossible : beaucoup sont obligés de se rendre trois fois par semaine à l’hôpital pour faire une dialyse et se retrouvent dans des lits les uns à côté des autres. Tout ceci crée un cocktail explosif pour faire de nos patients des personnes particulièrement à risque face à cette pandémie”, détaille Brad Rovin.

“Eviter toute sortie”

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, les personnes souffrant de problèmes chroniques au rein sont considérées comme des “personnes fragiles” et sont encouragées à respecter le confinement autant que possible. Dans une fiche à jour lundi 13 avril, la Haute Autorité de santé (HAS) rappelle que les patients dialysés et greffés “doivent respecter le confinement de manière stricte : éviter toute sortie, y compris dans les commerces pour faire les courses, éviter tout contact avec des personnes extérieures. Le patient dialysé ou transplanté étant à risque de développer des formes sévères de la maladie, il peut bénéficier d’un arrêt de travail. S’assurer de la capacité de confinement total des proches vivants sous le même toit que le patient (à défaut de télétravail possible, proposer des arrêts de travail).”

A Saint-Denis, en région parisienne, une jeune femme de 30 ans originaire de Polynésie et en insuffisance rénale est récemment décédée du Covid-19. D’après Outre-mer La Première, la jeune femme, avait commencé le traitement de l’hémodialyse en Nouvelle-Calédonie et avait déménagé en Métropole en 2017 pour une greffe rénale. Elle aurait contracté la maladie il y a un peu plus de deux semaines. Elle a été hospitalisée et, après une brève amélioration de son état, serait finalement morte le 13 avril.

L’insuffisance rénale chronique (IRC), souvent provoquée par le diabète ou l’hypertension artérielle, se caractérise par une diminution du fonctionnement des reins qui ne filtrent plus correctement le sang de l'organisme.

L’insuffisance rénale aiguë (IRA) peut quant à elle survenir sur une fonction rénale antérieurement normale, à cause d’une déshydratation sévère, de graves infections ou d’une exposition à des substances toxiques pour les reins par exemple. Elle peut aussi compliquer l’évolution d’une insuffisance rénale chronique (IRC). Elle se caractérise par un arrêt soudain du fonctionnement des deux reins. Plus suffisamment alimentés en sang, ils cessent de fonctionner correctement. Ils ne peuvent donc plus assurer l’équilibre entre l'eau et les ions dans le corps et éliminer les déchets de l’organisme. A terme, cela peut conduire au décès.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité