Publicité

QUESTION D'ACTU

IRM

Troubles mentaux : il serait possible de mesurer l'empathie dans un cerveau au repos

Alors qu'il est très difficile de mesurer l'empathie chez les patients souffrant d'autisme ou de schizophrénie, des chercheurs ont découvert qu'il était possible de la calculer en étudiant l'activité cérébrale de personnes au repos. 

Troubles mentaux : il serait possible de mesurer l'empathie dans un cerveau au repos Gorodenkoff/iStock

  • Publié le 01.03.2020 à 14h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L’empathie se caractérise par la capacité de s'identifier à autrui dans ce qu'il ressent. Chez les personnes souffrant de troubles mentaux comme l’autisme ou la schizophrénie, cette capacité peut être altérée et ainsi souvent difficilement mesurable par les professionnels de santé. Aujourd’hui, des chercheurs américains ont découvert qu’il était possible d’évaluer la capacité d’une personne à ressentir de l’empathie en étudiant son activité cérébrale pendant qu’elle se reposait. Les résultats de cette étude sont parus le 14 février dans la revue Frontiers in Integrative Neuroscience. A terme, ceux-ci pourraient aider à contribuer à améliorer le diagnostic de certains troubles mentaux ainsi que leur traitement.

Cela fait des années que le docteur Marco Iacoboni, professeur de psychiatrie et de sciences du comportement à la David Geffen School of Medicine de l'UCLA (Etats-Unis) étudie l’empathie chez les humains. Traditionnellement, cette dernière est évaluée à l’aide de questionnaire et d’évaluation psychologique. Cependant, les personnes qui souffrent de schizophrénie ou d’autisme ont souvent des difficultés à remplir ces questionnaires, ce qui complique les études et diagnostics.  

C’est pourquoi, ici, en plus des questionnaires traditionnels, Iacoboni et ses collègues ont décidé de mesurer l’activité cérébrales des participants de leur étude. Les chercheurs ont suivi 58 patients, âgés de 18 à 35 ans et les ont invités à laisser leur esprit vagabonder pendant qu’ils fixaient une croix sur un écran noir. Ils ont alors recueilli les données relatives à leur activité cérébrale grâce à imagerie par raisonnance fonctionnelle, qui étudie les petites modifications de flux sanguin. Ils les ont ensuite analysées grâce à une intelligence artificielle. 

“Evaluer l’empathie est souvent le plus difficile dans les populations qui en ont le plus besoin”

Les participants ont ensuite dû réagir à des phrases telles que “J'ai souvent des sentiments tendres et inquiets pour des personnes moins chanceuses que moi” ou “J'essaie parfois de mieux comprendre mes amis en imaginant comment les choses se présentent de leur point de vue”.

Résultat : grâce aux mesures cérébrales, les chercheurs ont réussi à prédire les résultats du questionnaire de chaque participant et sa disposition empathique. Ainsi, les réseaux cérébraux du cerveau au repos peuvent interagir de la même manière que lorsqu'ils effectuent une tâche. “Nous avons découvert que même lorsqu'elle n'est pas directement impliquée dans une tâche qui implique de l'empathie, l'activité cérébrale au sein de ces réseaux peut révéler la disposition empathique des gens”, explique Marco Iacoboni.

Évaluer l'empathie est souvent le plus difficile dans les populations qui en ont le plus besoin, poursuit-il. L'empathie est une pierre angulaire de la santé mentale et du bien-être. Elle favorise un comportement social et coopératif grâce à notre souci des autres. Elle nous aide également à déduire et à prévoir les sentiments, le comportement et les intentions des autres. Si nous pouvons démontrer que le cerveau des personnes souffrant de schizophrénie ou d’autisme a la capacité d'empathie, nous pouvons travailler à l'améliorer par la formation et l'utilisation d'autres thérapies.” 

“Adapter des stratégies optimales dès le départ”

A terme, cette technique pourrait être étendue pour améliorer le traitement ainsi que le diagnostic des malades. “La puissance prédictive des algorithmes d'apprentissage automatique comme celui-ci, lorsqu'ils sont appliqués aux données du cerveau, peut également nous aider à prédire comment un patient donné réagira à une intervention donnée, ce qui nous aide à adapter des stratégies thérapeutiques optimales dès le départ”, ajoute l'auteur principal Leonardo Christov-Moore.

L’empathie est constituée de trois volets. Notre capacité à déchiffrer les émotions sur le visage d’un autre est attribuée à l’empathie cognitive, soit l’habilité à se représenter les états mentaux d’une personne. L’empathie affective est le volet qui nous pousse à ressentir les émotions en miroir de celles ressenties par l’autre. Ainsi, il nous est désagréable de voir quelqu’un souffrir. Enfin, l’empathie compassionnelle ou la sollicitude consiste à constater la souffrance ou la joie d’un autre et à avoir une attitude bienveillante face à ces émotions.  

En 2017, une étude parue britannique dans la revue Molecular Psychiatry, montrait que notre capacité à décrypter les émotions des autres serait associée à un gène présent sur le chromosome 3. Ce dernier, également baptisé LRRN1, existe en plusieurs variantes. Certaines d’entre elles seraient notamment liées à une meilleure perception des émotions chez les femmes. 

 

 

 

 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité