Publicité

QUESTION D'ACTU

Développement du cerveau

L'obésité chez les femmes enceintes peut entraîner un retard dans le QI chez les garçons

L'obésité d’une femme enceinte affecterait le QI des garçons, mais pas celui des filles. 

L'obésité chez les femmes enceintes peut entraîner un retard dans le QI chez les garçons Warrenrandalcarr/iStock

  • Publié 10.01.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'obésité pendant la grossesse semble être un phénomène courant, mais qui peut affecter le développement de l'enfant. Des chercheurs en nutrition et en santé environnementale de l'université du Texas et de l'université Columbia (Etats-Unis) ont découvert un lien entre l'obésité de la mère pendant la grossesse et le développement de son enfant. 

Les chercheurs ont découvert des troubles de la motricité chez les enfants d'âge préscolaire, associé à un QI plus faible au milieu de l'enfance chez les garçons dont la mère avait un grave surpoids pendant la grossesse. Selon l’équipe de recherche, les différences sont comparables à l'exposition au plomb pendant la petite enfance. Les résultats de leurs travaux ont été publiés le 20 décembre dans la revue BMC Pediatrics.

Au cours de l'étude, les chercheurs ont observé 368 mères et leurs enfants, ayant tous un niveau économique et vivant dans des quartiers similaires, pendant leur grossesse et lorsque les enfants avaient 3 et 7 ans.

Cinq points de QI en moins pour les garçons

Les chercheurs ont mesuré les habiletés motrices des enfants à l'âge de 3 ans et ont constaté que l'obésité maternelle pendant la grossesse était fortement associée à des performances motrices plus faibles chez les garçons. De nouveaux tests ont été répétés à l'âge de 7 ans, et les résultats indiquent que les garçons dont les mères avaient un excès de poids ou étaient obèses pendant la grossesse avaient des résultats inférieurs de 5 points ou plus aux tests de QI complets, comparativement aux garçons dont les mères avaient un poids normal.

“Ce qui est frappant, c'est que même en utilisant différentes évaluations du développement adaptées à l'âge, nous avons constaté ces associations dans la petite et la moyenne enfance, ce qui signifie que ces effets persistent dans le temps, indique Elizabeth Widen, professeur adjoint de sciences nutritionnelles à l'université du Texas. Ces résultats ne sont pas destinés à faire honte ou à effrayer qui que ce soit. Nous commençons seulement à comprendre certaines de ces interactions entre le poids des mères et la santé de leurs bébés.”

Les chercheurs ne savent toujours pas pourquoi l'obésité pendant la grossesse affecterait la future santé d’un enfant. Une des explications pourrait être le fait que les différences alimentaires et comportementales peuvent être des facteurs déterminants, ou que le développement du fœtus peut être affecté par certains mécanismes propres aux personnes en surpoids. 

Des recherches antérieures ont établi des liens entre le régime alimentaire d'une mère et le développement cognitif. Par conséquent, les chercheurs ont tenu compte de plusieurs facteurs dans leur analyse, notamment l'origine ethnique, l'état matrimonial, le niveau de scolarité et le QI de la mère, ainsi que le fait que les enfants soient nés prématurément ou qu'ils aient été exposés à des irritants environnementaux comme la pollution de l'air.  

Un environnement familial stimulant peut réduire les effets négatifs de l’obésité

Pendant ses recherches, l'équipe a également examiné et pris en compte l'environnement dans lequel évoluait l’enfant, en examinant notamment comment les parents interagissaient avec leurs progénitures, et si l'enfant recevait des livres et des jouets.

Ils ont constaté qu'un milieu familial stimulant pouvait atténuer les effets négatifs de l’obésité. “L’effet sur le QI était plus faible dans un milieu familial stimulant, mais il était toujours présent”, indique Elizabeth Widen. Le QI de l'enfant peut avoir des conséquences à long terme. Il peut, selon les chercheurs, prédire du niveau d'éducation, du statut socio-économique et de la réussite professionnelle plus tard dans la vie. Selon les résultats de l’étude, les effets peuvent potentiellement durer jusqu'à l'âge adulte.

Dans une étude datant de 2018, les mères exposées au plomb “fournissent” un QI de performance plus faible chez les garçons, mais pas chez les filles. Ces résultats sont à mettre en perspective avec une étude de 2019 qui suggère quant à elle que les garçons dont les mères avaient reçu du fluorure pendant leur grossesse obtenaient des résultats plus faibles à une évaluation de leur QI.

L'équipe de recherche conseille aux femmes enceintes obèses ou en surpoids de suivre un régime alimentaire équilibré riche en fruits et légumes, de prendre une vitamine prénatale, de rester actives et de s'assurer de consommer suffisamment d'acides gras, comme ceux présents dans l'huile de poisson. 

Donner aux enfants un environnement familial stimulant est extrêmement important, tout comme le fait de consulter régulièrement un médecin, y compris pendant la grossesse pour discuter de la prise de poids. “Travaillez avec votre médecin et discutez de ce qui est approprié pour votre situation”, conclut Elizabeth Widen.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité