Publicité

QUESTION D'ACTU

Jusqu'à l'âge de 16 ans

Une dépression prolongée chez la mère peut affecter le QI de l'enfant

D'après une récente étude américaine, la dépression de la mère peut avoir un effet négatif sur le développement cognitif de l'enfant jusqu'à l'âge de 16 ans.

Une dépression prolongée chez la mère peut affecter le QI de l'enfant interstid

  • Publié 29.04.2018 à 16h40
  • |
  • |
  • |
  • |


La dépression est une maladie qui touche tous les âges, depuis l'enfance jusque très tard dans la vie. En France, on estime que près d’une personne sur cinq a souffert ou souffrira d’une dépression au cours de sa vie. Les conséquences, cependant, peuvent s'étendre à leurs enfants et affecter négativement leur développement cognitif d'un enfant jusqu'à l'âge de 16 ans, dévoile une nouvelle étude américaine publiée dans la revue Child of Development

Réalisée par des chercheurs de l'école de médecine de l'Université de San Diego (Californie, États-Unis), l'étude a consisté à interroger une cohorte de 900 enfants en bonne santé et leurs mères, à plusieurs intervalles comprises sur une période de 5 ans, de la petite enfance à l'âge de 16 ans. Les participants habitaient tous à Santiago, au Chili. Les enfants ont été évalués en fonction de leurs capacités cognitives verbales à l'aide de tests de QI normalisés au cours de chaque évaluation. Les mères ont été testées pour les symptômes de dépression.

Un impact sur le QI entre 1 à 16 ans

"Nous avons constaté que les mères très déprimées n'investissaient pas autant que les mères en bonne santé mentale dans le matériel destiné à soutenir l'apprentissage de l'enfant, comme des jouets et des livres. Cela a eu un impact sur le QI de l'enfant à l'âge de 1, 5, 10 et 16 ans", explique Patricia East, PhD, chercheuse scientifique au département de pédiatrie de la San Diego School of Medicine et auteure principale de l'étude. 

Le stress à l'origine des symptômes dépressifs

Sur une échelle de 1 à 19, le QI verbal moyen pour tous les enfants de l'étude à l'âge de 5 ans était de 7,64. Au cours de leurs travaux, les chercheurs ont constaté que les enfants dont la mère était gravement déprimée avaient un QI verbal moyen de 7,30, soit un peu moins que les enfants dont la mère n'était pas déprimée (7,78 en moyenne). "Bien qu'apparemment faibles, les différences de QI de 7,78 à 7,30 sont très significatives en termes de compétences verbales et de vocabulaire des enfants ", a expliqué le Pr East. 

Dans cette étude, l'état émotionnel des mères était évalué via des questions sur le bien-être émotionnel. À partir de leur réponses, les chercheurs ont pu établir les raisons de l'état de détresse psychique de ces mamans. "Les femmes de notre étude sont soumises à de nombreux facteurs de stress au quotidien. La plupart des mères, bien qu'alphabétisées, n'ont pas pu faire de longues études d'éducation, n'avaient pas d'emploi à l'extérieur de la maison. Elles vivaient souvent avec leur famille dans de petites maisons surpeuplées- des facteurs qui ont probablement contribué à leur dépression", analyse le Pr East. 

Dépression maternelle chronique

La chercheuse note également que si beaucoup de mères souffrent de dépression post-partum dans les six premiers mois après l'accouchement, la dépression peut persister au-delà de cette période chez certaines. Environ 20 % des mères sont encore gravement déprimées lorsque leur enfant atteint l'âge de 1 an, indique l'étude. 

Au vu de ces résultats, les chercheurs indiquent leur intention de mener des travaux plus poussés par la suite afin de déterminer de quelle manière la dépression des mères affecte les symptômes dépressifs des enfants pendant l'enfance et l'adolescence. "Fournir des ressources aux mères déprimées les aidera à gérer leurs symptômes de façon productive et à s'assurer que leurs enfants atteignent leur plein potentiel", assure le Pr East.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité