Publicité

QUESTION D'ACTU

Sport et santé

Sédentarité : vingt ans d’inactivité augmentent le risque de décès

En termes d’activité physique, mieux vaut tard que jamais. Débuter le sport sur le tard permet quand même d’en tirer des bénéfices. 

Sédentarité : vingt ans d’inactivité augmentent le risque de décès Ridofranz/istock

  • Publié 10.09.2019 à 08h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Le sport c’est la santé ! Pratiquer une activité physique régulièrement permet de rester en forme, mais cela nous aiderait aussi à vivre plus longtemps. D’après une étude, présentée lors d'un congrès de l’European Society of Cardiology, deux décennies de sédentarité multiplie par deux le risque de décès, en comparaison à ceux qui font du sport régulièrement. Ces résultats sont également valables chez des personnes qui ont fait du sport pendant un certain temps puis ont arrêté. 

Une étude réalisée en deux temps 

L’étude, réalisée par des chercheurs norvégiens, a rassemblé plus de 23 000 participants et participantes, tous âgés de plus de 20 ans. Elle s’est déroulé en deux périodes : entre 1984 et 1986 et entre 2006 et 2008. Pour chacune d’elles, les participants ont du renseigner la fréquence et la durée de leur activité physique. Les chercheurs ont mis au point trois catégories : les personnes ayant une activité physique élevée (plus de deux heures hebdomadaires), modérée (moins de deux heures par semaine) et les personnes inactives.

Un risque élevé de décès 

Les personnes inactives sur les deux périodes avaient un risque multiplié par deux de mourir, en comparaison aux personnes à l’activité physique élevée. Leur risque de décéder d’une maladie cardio-vasculaire était également 2,7 fois supérieur. Pour les personnes ayant pratiqué une activité modérée sur ces deux décennies, le risque de décès était 60% supérieur et le risque de mort d’une maladie cardio-vasculaire 90% plus élevé, en comparaison à ceux dont l’activité était élevée. Les personnes abandonnant une activité physique intense pour l’inactivité perdent les bénéfices du sport à terme : leur risque de décès était du même niveau que celui des personnes inactives. À l’inverse, les personnes démarrant une activité physique intense après avoir été inactif avaient un risque de décès situé entre celui des sédentaires et celui des modérément actifs.

Marcher plus, courir, faire du vélo, monter les escaliers : en matière de sport, tout est bon à prendre. D’après les chercheurs, l’idéal est de pratiquer une activité physique deux fois par semaine. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité