Publicité

QUESTION D'ACTU

Amiodarone et digoxine

Fibrillation auriculaire : certains traitements peuvent augmenter le risque de chutes

Une étude danoise montre que les médicaments prescrits pour traiter la fibrillation auriculaire peuvent accroître le risque de chutes et d'évanouissements chez les personnes âgées.

Fibrillation auriculaire : certains traitements peuvent augmenter le risque de chutes KatarzynaBialasiewicz/iStock

  • Publié 28.07.2019 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Se caractérisant par un rythme cardiaque irrégulier et souvent anormalement rapide, la fibrillation auriculaire est un trouble fréquent chez les personnes de plus de 60 ans ou présentant un surpoids. Souvent asymptomatique, elle n’est pas sans danger : elle peut en effet augmenter le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC), de caillots sanguins ou encore d’insuffisance cardiaque, notamment chez les personnes âgées ou chez celles présentant un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 30.

Ce trouble du rythme cardiaque est aussi l’une des conditions qui favorisent les chutes et les évanouissements chez les personnes âgées. Il s’agit d’un réel problème quand on sait que ces chutes involontaires peuvent entraîner des blessures, une hospitalisation et, dans les cas les plus graves, causer le décès, en particulier chez les personnes âgées isolées.

Pour prévenir les symptômes de la fibrillation auriculaire, les médecins prescrivent généralement des médicaments qui contrôle le rythme cardiaque. Pourtant, loin de prévenir le risque de chutes et d’évanouissements, ces médicaments peuvent au contraire potentiellement l’augmenter.

C’est ce que montre une nouvelle étude publiée le Journal of the American Geriatrics Society.

L'amiodarone associé au plus grand nombre de chutes

Pour étudier le lien entre médicaments contre la fibrillation auriculaire et augmentation du risque de chutes, les chercheurs ont examiné les dossiers de 100 935 patients âgés de plus de 65 ans et atteints de fibrillation auriculaire qui ont reçu un traitement pour contrôler leur rythme cardiaque.

Les chercheurs ont examiné quels médicaments leur étaient prescrits : la majorité étaient bêta-bloquants, certains inhibiteurs calciques (diltiazem, vérapamil) et la digoxine. D'autres médicaments comprenaient l'amiodarone, la flécaïnide et la propafénone.

Ensuite, les auteurs ont cherché les patients qui avaient été admis à l'urgence ou à l'hôpital pour des évanouissements, des blessures liées à une chute, ou les deux et les ont suivis pendant environ 1 an et demi. Au total, 17% se sont blessés suite à une chute, 5,7% ont eu un épisode d’évanouissement et 20,9% ont subi une blessure liée à une chute ou à un évanouissement.

En croisant les données, les chercheurs ont constaté que l’amiodarone était associé de façon significative à un risque accru de chute, qu'il ait été prescrit seul ou avec d'autres médicaments antiarythmiques. Le médicament digoxine a été légèrement associé à des blessures liées aux chutes.

Les chercheurs ont également remarqué que le risque de blessure était plus élevé dans les 90 premiers jours de traitement, et surtout dans les 14 premiers jours de traitement.

"Nos résultats démontrent que, chez les patients âgés atteints de fibrillation auriculaire, le traitement à l'amiodarone est associé à un risque accru de blessures et d'évanouissements liés aux chutes", écrivent les auteurs des travaux. Ils concluent qu'il est crucial d'être informé sur les risques indésirables d'un traitement donné pour prendre des décisions communes et fournir des soins de qualité aux patients.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité