Publicité

QUESTION D'ACTU

Cancer pédiatrique

Tumeurs cérébrales de l’enfant : des problèmes cognitifs constatés à l’âge adulte

Les survivants aux tumeurs cérébrales infantiles ayant subi une radiothérapie peuvent éprouver des difficultés cognitives des années après le traitement. 

Tumeurs cérébrales de l’enfant : des problèmes cognitifs constatés à l’âge adulte AgFang/iStock

  • Publié 25.06.2019 à 11h00
  • |
  • |
  • |
  • |


En France, on estime qu’un enfant sur 440 est atteint d’un cancer avant l’âge de 15 ans. Tous les ans, ce sont 2 500 enfants qui sont diagnostiqués d’un cancer, et 500 en meurent. Si les traitements comme la chimiothérapie et la radiothérapie peuvent prolonger la vie de nombreux patients atteints d’un cancer pédiatrique, ces survivants peuvent ressentir divers effets de la maladie et de son traitement, parfois des décennies après.

C’est ce que mettent en lumière des chercheurs du Baylor College of Medicine, du Texas Children's Hospital et du St. Jude Children's Research Hospital. Dans une étude publiée dans la revue Cancer, ils montrent que les adultes ayant été traités par radiothérapie pour une tumeur cérébrale alors qu’ils étaient très jeunes peuvent éprouver des difficultés cognitives et socioéconomiques des décennies après le traitement. Ils précisent que des interventions telles que les thérapies cognitives et les services éducatifs et professionnels peuvent être nécessaires pour atténuer ces effets à long terme.

Un QI inférieur et des revenus moins élevés à l’âge adulte

Pour évaluer les conséquences des tumeurs cérébrales et de leurs traitements, les chercheurs ont comparé 181 survivants de gliome pédiatrique de bas grade à 105 frères et sœurs de survivants du cancer. Les survivants et les frères et sœurs ont tous subi une batterie complète de tests cognitifs normalisés et se sont soumis à des évaluations socioéconomiques, aux États-Unis et au Canada. L'âge médian des survivants était de 8 ans au moment du diagnostic et de 40 ans au moment de l'évaluation.

Dans l’ensemble, les chercheurs ont constaté que les survivants traités par chirurgie et radiothérapie au site de la tumeur présentaient un QI estimé inférieur à celui des survivants traités par chirurgie seulement. Mais ces derniers avaient aussi un score inférieur aux frères et sœurs n’ayant pas eu de tumeur cérébrale dans leur enfance.  Ils ont aussi remarqué que plus les survivants avaient été diagnostiqués jeunes, plus faibles étaient leurs scores pour la plupart des mesures cognitives. Enfin, les survivants, en particulier ceux qui étaient traités par chirurgie et radiothérapie, étaient moins instruits, gagnaient des revenus moins élevés et exerçaient des professions moins prestigieuses que leurs frères et sœurs.

Les effets tardifs à l'âge adulte sont évidents

"Les effets tardifs à l'âge adulte sont évidents, même chez les enfants atteints des types de tumeurs cérébrales les moins malignes qui ont été traités avec les traitements les moins toxiques disponibles à l'époque", explique le Dr Douglas Ris, auteur principal de l’étude. Selon lui, "à mesure que les tumeurs cérébrales pédiatriques deviennent plus faciles à éradiquer grâce aux progrès continus des traitements, nous devons améliorer la surveillance de ces populations afin que les survivants continuent de recevoir les meilleures interventions pendant leur transition vers l'âge adulte et bien au-delà".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité