Publicité

QUESTION D'ACTU

Dans notre assiette

Les aliments ultra-transformés augmentent le risque de mortalité, toutes causes confondues

Selon deux études européennes menées auprès de plus de 120 000 personnes, abuser des aliments "ultra-transformés" augmenterait le risque cardiovasculaire et le risque de décès.

Les aliments ultra-transformés augmentent le risque de mortalité, toutes causes confondues carotur / istock

  • Publié 30.05.2019 à 14h30
  • |
  • |
  • |
  • |


On soupçonnait déjà leurs mauvais effets sur la santé, c’est maintenant confirmé : les aliments industriels "ultra-transformés" (sodas, jambon, steak végétal, gâteaux apéros etc.) augmenteraient le risque de décès par maladie cardio-vasculaire. Voilà la conclusion de deux études, publiées simultanément ce jeudi dans le British Medical Journal (BMJ).

La première a été menée par l’Insem sur 100 000 participants de la cohorte NutriNet-Santé durant six ans maximum. La seconde par des chercheurs espagnols sur 20 000 volontaires. Ces deux études concluent que l’abus de plats "ultra-transformés" augmente le risque cardiovasculaire – en particulier de maladies coronariennes et de maladies cérébro-vasculaires – mais aussi de décès, toutes causes confondues.

Deux études de grande ampleur

Entre 2009 et 2018, l’Inserm a évalué la consommation de 3 300 aliments et boissons, classés selon leur degré de transformation industrielle. Les résultats nous apprennent qu’une augmentation de 10% d’aliments ultra-transformés dans notre nourriture est associée à une augmentation de 12% du risque de maladies cardiovasculaires. Plus précisément, elle augmente le risque de 13% pour les maladies coronariennes et de 11% pour les AVC et leur forme transitoire.

L’étude espagnole, menée par Maira Bes-Rastrollo de l’Université de Navarre, démontre qu’une consommation très élevée d'aliments ultra-transformés (plus de 4 portions par jour) est associée à un risque accru (62%) de mortalité toutes causes confondues. Ce chiffre a été calculé en comparaison à une consommation de moins de 2 portions par jour. Chaque portion journalière supplémentaire d'aliments ultra-transformés, augmentait le risque de mortalité de 18 %.

Pourquoi les aliments ultra-transformés sont-ils si mauvais ?

Ce ne sont pas les premières études à pointer du doigt les aliments ultra-transformés, mais elles renforcent les travaux précédents faisant le lien entre les plats hautement transformés et un risque accru d’obésité, d’hypertension artérielle, voire de cancer. Mais comment identifier ces plats ultra-transformés ? Tout est une question de composition. On peut citer en exemple les poissons panés, cordons bleus, jambons en barquette, sodas, chips et même saucisses ou sucre en poudre : le point commun de tous ces aliments est leur procédé industriel de transformation. Ils ont été reconstitués à partir de dizaines de produits, ce qui fait qu’on ne peut plus reconnaître leur origine naturelle tellement ils ont été modifiés.

Mathilde Touvier, directrice de recherche Inserm, explique : "Ces aliments ont subi plusieurs procédés de transformation, cela peut être de l'hydrolyse, de l'extrusion, de l'hydrogénation. La plupart contiennent des additifs comme des colorants, des émulsifiants, des texturants. Par exemple, la plupart des jambons sur le marché, y compris chez le charcutier, contiennent des nitrites, ce qui en fait un aliment ultra-transformé". En plus de ces produits chimiques, ils contiennent souvent beaucoup de sucre, qui peut engendrer un pic de glycémie.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité