Publicité

QUESTION D'ACTU

Chien tête en bas, poirier...

Ostéoporose : certaines postures de yoga sont déconseillées

Conseillée pour le bien-être psychique et physique, la pratique du yoga peut aussi entraîner des blessures. Une nouvelle étude suggère ainsi que certaines postures pourraient engendrer des lésions osseuses chez les personnes atteintes d’ostéoporose.

Ostéoporose : certaines postures de yoga sont déconseillées Aja Koska/iStock

  • Publié 26.02.2019 à 12h27
  • |
  • |
  • |
  • |


Associé à de nombreux bienfaits, tant sur le plan physique que psychologique, le yoga a le vent en poupe. Préconisée pour soulager les douleurs de l’arthrite, prévenir les maladies cardiaques ou traiter la dépression, cette discipline sportive est parfois même conseillée par les médecins pour améliorer le bien-être global. Pourtant, le yoga n’est pas toujours le sport sans risque pour la santé et accessible à tous que l’on pense.

C’est en tout cas ce que met en lumière une nouvelle étude menée par la Clinique Mayo, aux États-Unis, et dont les résultats ont été publiés dans la revue Mayo Clinic Proceedings. D’après ses auteurs, certaines postures de yoga sont en effet susceptibles de causer des lésions osseuses chez les personnes atteintes d’ostéoporose.

Dégénérescence des disques, glissement des vertèbres et fractures par compression

Touchant près de 3 millions de personnes en France, parmi lesquelles 30 à 40% de femmes ménopausées, l’ostéoporose est une maladie qui se caractérise par une fragilité excessive du squelette, due à une diminution de la masse osseuse et à l’altération de la micro-architecture osseuse. Cette perte de résistance osseuse, appelée ostéopénie quand le diagnostic de l’ostéoporose n’a pas encore été posé, prédispose alors aux fractures.

Pour les auteurs de l’étude, la pratique du yoga peut contribuer à provoquer ces lésions osseuses. "Les avantages du yoga en termes de flexibilité, de force et d'équilibre sont largement connus", écrive-ils. Cependant, "de nombreux rapports ont décrit des blessures résultant du yoga, allant de tensions musculaires légères à des fractures osseuses." "En particulier pour les patients ostéoporotiques et ostéopéniques, les rapports faisant état de lésions osseuses soulèvent des inquiétudes qui méritent une enquête plus approfondie", poursuivent les chercheurs, expliquant que ces préoccupations étaient à la base de leur étude.

Afin de vérifier le lien entre la pratique du yoga et l’expérience de blessures supplémentaires chez les personnes atteintes d’ostéoporose, l’équipe de recherche a analysé les dossiers médicaux de 89 personnes, principalement des femmes, qui avaient référé des douleurs attribuées à la pratique du yoga. La plupart ont signifié des douleurs au dos, au cou, à l’épaule, à la hanche et/ou au genou.

Les patients ont identifié 12 postures qui, à leur avis, ont causé ou aggravé leurs symptômes. Les postures les plus courantes impliquaient une flexion extrême ou une extension de la colonne vertébrale. C’est le cas des postures de chien tête en bas, du pont ou du poirier. Les chercheurs ont alors utilisé les dossiers médicaux des patients et pratiqué des examens pour confirmer et classer les blessures comme des lésions des tissus mous, des articulations et des os.

Au total, 29 lésions osseuses ont été identifiées, notamment une dégénérescence des disques, un glissement des vertèbres et des fractures par compression. Ces fractures semblent être liés à des postures qui exercent une pression supplémentaire sur la vertèbre et les disques.

Adapter les postures pour éviter les lésions

Pour Mehrsheed Sinaki, spécialiste en médecine physique en réadaptation à la Clinique Mayo, et auteur principal de l'étude, ces résultats ne signifient pas que les personnes souffrant d’ostéoporose doivent arrêter de pratiquer le yoga. Simplement, une adaptation des postures pour éviter les blessures et les lésions est nécessaire. "Si vous souffrez d'ostéoporose ou d'ostéopénie, vous devez modifier les postures pour l'adapter à votre condition. À mesure que les gens vieillissent, ils peuvent bénéficier d'un examen de leurs anciens schémas d'exercices pour éviter les conséquences indésirables."

Les patients qui ont incorporé des recommandations pour modifier leurs mouvements ont d’ailleurs réduit leur douleur et amélioré leurs symptômes, notent les chercheurs.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité