Publicité

QUESTION D'ACTU

Enfants dépressifs

Les pensées suicidaires de l'enfant sont à prendre très au sérieux

Même s'ils ne sont encore que des enfants, ceux qui expriment des pensées suicidaires voient parfaitement ce que la mort signifie. Il ne faut donc pas minimiser au prétexte "qu'ils sont trop jeunes pour comprendre". 

Les pensées suicidaires de l'enfant sont à prendre très au sérieux chameleonseye /istock

  • Publié 13.02.2019 à 09h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Les enfants qui expriment des pensées ou ont des comportements suicidaires comprennent mieux ce que signifie mourir que la majorité de leurs pairs, rapporte une étude récemment publiée dans le Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (JAACAP).

Evaluation psychologique

Les auteurs ont constaté que les enfants de 4 à 6 ans ayant des pensées suicidaires étaient 3,6 fois plus susceptibles de décrire précisément la mort. "C'est un sujet inconfortable à envisager et, à bien des égards, je pense qu'il est plus facile de supposer que les enfants ne savent pas vraiment ce qu'ils disent lorsqu'ils parlent de vouloir mourir", explique Laura Hennefield, chercheuse à la Washington University, aux États-Unis. "Nos constatations soulignent la nécessité de prendre au sérieux les pensées et les comportements suicidaires exprimés par les enfants", déduit-elle.

Les résultats sont basés sur 22 enfants déprimés ayant des idées suicidaires, 57 enfants déprimés sans idées suicidaires et 60 enfants en bonne santé mentale. Au cours de leur évaluation psychologique, les enfants ont tenté d’expliquer ce qu’ils comprenaient de la mort, à travers cinq concepts :

- L’Universalité (tous les êtres vivants finissent par mourir) ;

- La spécificité (seuls les êtres vivants meurent) ;

- L’irréversibilité (la mort est permanente) ;

- La cessation (à la mort, les processus corporels cessent de fonctionner) ;

- La causalité (certains événements peuvent causer la mort).

Entre 40 et 100 enfants de 5 à 12 ans se suicident tous les ans

Les enfants dépressifs ayant des idées suicidaires ont démontré une meilleure compréhension de ces composantes de la mort que les deux autres groupes. De plus, 100% des enfants déprimés ayant des idées suicidaires ont été en mesure de décrire un événement qui pourrait causer la mort, comparativement à 61% des enfants déprimés sans idées suicidaires et 65% des enfants en bonne santé mentale. "Lorsqu'on leur a demandé de décrire un événement qui pourrait causer la mort, les enfants plus âgés et les enfants ayant des idées suicidaires étaient beaucoup plus susceptibles de décrire une cause violente telle que tirer, poignarder ou s'empoisonner", décrit Laura Hennefield.

Entre 40 et 100 enfants de 5 à 12 ans se suicident tous les ans en France. En 2009, 37 enfants âgés de 5 à 14 ans s’étaient par exemple donné la mort (soit 0,3% des suicides). La même année, le suicide est devenu la cinquième cause de mortalité chez ces très jeunes malades. 


Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité