Publicité

QUESTION D'ACTU

Journée Mondiale du Cancer

Cancer : la responsabilité du travail trop souvent sous-estimée

Si les cancers sont la première cause de mortalité en France, la responsabilité du travail dans leur apparition est trop peu mise en cause. Pourtant, dans les cas de burn-out ou de troubles musculo-squelettiques, on n’hésite plus à demander réparation. Un pas doit être franchi pour en faire de même avec les cancers.

Cancer : la responsabilité du travail trop souvent sous-estimée Thossaphol/istock

  • Publié 03.02.2019 à 21h07
  • |
  • |
  • |
  • |


Le 28 janvier dernier, un rapport de l'inspection du travail des Bouches-du-Rhône, accablant pour la direction de l'usine d'ArcelorMittal de Fos-sur-Mer, a été révélé par le site Marsactu. Il décrit une « situation dangereuse avérée pour les travailleurs », qui ont été sérieusement surexposés à un gaz cancérogène.

C’est la première fois que ce type de rapport est rendu public, et il met en lumière un problème plus important : la responsabilité du travail est trop rarement mise en cause dans l’apparition de cancers chez les travailleurs, comme l’explique cet article de The Conversation France.

En France, 12% des travailleurs exposés au cancer

Il faut savoir que les facteurs cancérogènes les plus fréquemment retrouvés dans un environnement de travail sont les gaz d’échappement diesel, les huiles minérales entières, les poussières de bois et la silice cristalline pour les hommes.

Pour les femmes, il s’agit du travail de nuit, des rayonnements ionisants, du formaldéhyde (formol) et des médicaments cytostatiques utilisés pour les chimiothérapies. Au final, c’est plus d’un salarié sur dix (précisément 12 %) qui est concerné.

Sans surprise, il s’agit principalement d’ouvriers. Par exemple, on sait depuis longtemps que, chez les professionnels du bois, le risque de cancer du nez et du sinus est 40 fois plus élevé (selon une étude de l'Arc, Association pour la recherche sur le cancer).

Des moyens trop faibles pour protéger les salariés

Selon plusieurs études menées dans le cadre de thèses en sociologie, l’une à l’université de Lorraine et l’autre à l’université d’Évry-Val-d’Essonne, les moyens octroyés aux salariés pour se protéger du risque de cancer connu dans leur travail sont insuffisants.

Ces études mettent aussi en lumière le fait que les travailleurs atteints d’un cancer ont du mal à obtenir des indemnités lorsqu’il y a des soupçons sur la responsabilité du travail dans le développement de leur maladie. Mais pourquoi parle-on si peu de la responsabilité du travail dans les cancers ?

Responsabilité du travail

Les études mettent en cause une « forme d’acceptation sociale des maux du travail ». Même les médecins hésiteraient à mettre en cause la responsabilité du travail dans la maladie de leur patient, alors que c’est à eux de rédiger le certificat médical indispensable à la démarche de reconnaissance. De plus, les cancers, quelque-soient leur forme, évoluent longtemps sans symptôme spécifique et le diagnostic se fait trop souvent tardivement, c'est le cas pour l'amiante et le plomb.

Une fois détecté, les idées reçues à propos du cancer ainsi que ces spécificités font que le salarié ne fait pas toujours le lien entre sa maladie et son travail, ou ancien travail si le cancer a mis longtemps à se déclarer. Cette maladie peut être déclenchée par de multiples facteurs, et on ne soupçonnera malheureusement pas forcément son espace professionnel autant que le tabac ou les perturbateurs endoctrinions.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité