Publicité

QUESTION D'ACTU

Accident vasculaire cérébral

L'AVC touche chaque année 1 000 enfants et nourrissons : il faut savoir le reconnaître

1000 enfants et nourrissons sont victimes chaque année d’un accident vasculaire cérébral (AVC). Un chiffre largement sous-estimé par l’opinion, qui connait très mal les symptômes et n'a pas les bons réflexes. 

L'AVC touche chaque année 1 000 enfants et nourrissons : il faut savoir le reconnaître Kirichenko / istock

  • Publié 29.10.2018 à 12h18
  • |
  • |
  • |
  • |


À l'occasion de la journée mondiale de l'AVC, un sondage Odoxa de la Fondation pour la recherche sur les AVC s’est focalisé sur les jeunes. 1000 enfants et nourrissons sont victimes chaque année d’un AVC.

Un chiffre très largement sous-estimé par l’opinion, puisque 78% des Français citent un nombre inférieur. Même les individus ayant été eux-mêmes ou un de leur proche victime(s) d’un AVC sont proportionnellement presque aussi nombreux à sous-estimer le phénomène chez les plus petits (73%).

De très mauvais réflexes

13% seulement des sondés trouvent la juste proportion, soit autant que ceux qui déclarent que l’AVC chez l’enfant et le nourrisson "n’existe pas". De fait, la majorité relative des Français (41%) choisit 100, soit la plus petite valeur proposée par le sondage, qui est donc dix fois inférieure à la réalité.

Mais le plus embêtant est la méconnaissance des symptômes de l’AVC chez l’enfant et les nourrissons, qui entraîne des réactions de l’entourage inappropriées. 78% des Français avouent ainsi qu’ils ne reconnaîtraient pas les symptômes de l’AVC chez cette population.

En présence de ces symptômes, moins de la moitié des sondés se rendrait aux urgences pédiatriques ou celles les plus proches de chez eux. Entre un quart et un tiers des Français auraient d’autres mauvais réflexes : l’appel aux pompiers, à SOS médecin, le RDV chez le médecin ou le pédiatre, voire pire... l’attente.

Composer le 15

Seuls 26% composeraient le 15 en cas de troubles convulsifs, 22% en cas de mal de tête brutal et très fort ou de faiblesse d’un côté du corps, et encore moins (20%) si l’enfant se mettait à avoir des difficultés à parler ou à comprendre.

"Appeler le 15 en présence de ces symptômes très spécifiques de l’AVC chez l’enfant ou le nourrisson représente un enjeu majeur : cette pathologie est aujourd’hui la première cause de handicap acquis de l’enfant et l’une des 10 principales causes de mortalité infantile", rappelle pourtant Céline Bracq, Co-fondatrice et Directrice générale d’Odoxa.

Deux types d’AVC

Comme le souligne le site AVC enfant, il existe deux types d’AVC : l’AVC hémorragique (rupture de vaisseaux sanguins) ou l'AVC ischémique (obstruction par un caillot sanguin). 20% d'entre eux ont une cause connue : les principaux facteurs de risques sont les malformations congénitales, pathologies cardiaques, une maladie de la paroi des vaisseaux cérébraux, des infections, un traumatisme crânien ou encore une déshydratation.

"Un AVC survient quand la circulation normale du sang vers le cerveau est interrompue, soit par l’occlusion ou par la rupture de vaisseaux sanguins. Quand une partie du cerveau cesse de recevoir son apport habituel de sang transportant les substances nutritives vitales et l’oxygène, les cellules cérébrales meurent et provoquent une perte des fonctions cérébrales". 70% des enfants gardent des séquelles (motrices, cognitives...) après un AVC. 

Illustration : capture écran du site avcenfant.fr

L'AVC chez l'enfant ou le nourrisson peut survenir en phase prénatale, ou dans l’utérus, pendant les 28 premiers jours de vie, chez le nouveau-né ou encore pendant l’enfance, jusqu’à l’âge de 16 ans.

Symptômes de l'AVC chez l'enfant et le nourrisson

Parmi les signes qui peuvent alerter figurent les troubles de la parole : si l'enfant a du mal à s'exprimer, tient des propos décousus ou inappropriés ou encore, n'arrive plus à s'exprimer. Soyez également vigilant aux troubles de la vision, à un engourdissement éventuel, voire une paralysie d'un coté de visage ou du corps. De même que les convulsions, vomissements, modification des capacités cognitives, perte d'équilibre, baisse de vivacité et confusion peuvent être des signes avant coureurs.

Illustration : capture écran du site avcenfant.fr

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité