Publicité

QUESTION D'ACTU

Accouchement

Pourquoi les enfants nés par césarienne ont-ils plus d'allergies alimentaires ?

Cela se confirme. Les enfants nés par césarienne auraient un risque plus élevé de développer des allergies alimentaires que ceux qui sont nés pas voie naturelle. Voici pourquoi.  

Pourquoi les enfants nés par césarienne ont-ils plus d'allergies alimentaires ? olesiabilkei / istock

  • Publié 02.10.2018 à 12h10
  • |
  • |
  • |
  • |


Selon une récente étude publiée dans le Journal of Allergy & Clinical Immunology, les enfants nés par césarienne auraient un risque plus élevé de développer des allergies alimentaires que ceux qui sont nés pas voie naturelle. Les scientifiques sont parvenus à cette conclusion après avoir analysé les antécédents allergiques de plus d'un million d'enfants suédois nés entre 2001 et 2012. Ils ont comparé le type de naissance (vaginale ou césarienne, qui a été subdivisé en césarienne programmée ou d'urgence) et le développement des allergies alimentaires chez les enfants.

18% plus à risques

En 13 ans, 2,5% de ces enfants (26 732) ont reçu un diagnostic d'allergie alimentaire, et le risque était plus élevé chez les enfants nés par césarienne. Ceux qui étaient nés via césarienne programmée avaient 18% plus de risques, tandis que ceux qui étaient venus au monde via une césarienne d'urgence présentaient un risque accru de 21%.

En revanche, les grands prématurés (c'est-à-dire nés avant 32 semaines) avaient un risque de développer une allergie alimentaire 26% moins important que la moyenne. Il y avait également une légère variation entre les cas de prématurité modérée (4% de diminution du risque chez les personnes nées entre 32 et 35 semaines) et les cas de prématurité tardive (1% d'augmentation du risque entre 35 à 36 semaines).

Exposition à la microflore vaginale

"Cette association renforce la théorie selon laquelle l'exposition à la microflore vaginale pourrait réduire le risque de manifestation atopique chez les enfants", analysent les auteurs de l'étude. "L'accouchement par césarienne semble retarder et altérer le développement du système immunitaire des bébés", ajoutent-ils. Plus simplement, lorsqu'un bébé nait par voie basse il est exposé aux bactéries naturelles sécrétées dans vagin de sa mère (la microflore vaginale), ce qui a pour effet de renforcer son système immunitaire, à l'inverse des nourrissons nés par césarienne. 

Les chercheurs ont également été en mesure de déterminer l'âge médian du premier diagnostic d’allergie alimentaire : 1,6 an. D'autres facteurs augmentant le risque allergique ont aussi été identifiés. Par exemple, les petites filles et les enfants dont la mère souffrait d’asthme étaient justement plus susceptibles de développer des allergies alimentaires.

Les allergies alimentaires augmentent

L’allaitement, la consommation d’antibiotiques et la nutrition influencent aussi les données. Les naissances via césariennes ont déjà été associées à divers problèmes de santé comme l'obésité, l'asthme et le diabète. Le taux de césarienne en France a beaucoup augmenté entre 1981 et 2003, pour se stabiliser depuis autour de 21%.

Actuellement, quelques 3% de la population aurait une allergie alimentaire évolutive et 8% des enfants une allergie alimentaire, ce chiffre incluant les dermatites atopiques. En 1970, seulement 1% de la population était concernée. Il y a cinq ans, les malades étaient deux fois moins nombreux qu'aujourd'hui. "L'évolution des modes de vie, la disponibilité pour le plus grand nombre d'aliments en provenance de pays lointains, la transformation toujours plus poussée des produits alimentaires contribuent à la dissémination de nouveaux allergènes, parfois sous forme masquée, ce qui crée des difficultés pour l'évaluation des risques", note le ministère de la Santé.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité