Publicité

QUESTION D'ACTU

Capsules de protoxyde d’azote

Le grand retour du gaz hilarant comme drogue chez les jeunes

Dans la région lilloise, le centre de pharmacovigilance signale que la consommation de gaz hilarant est en hausse chez les jeunes adolescents. 

Le grand retour du gaz hilarant comme drogue chez les jeunes Ian_Redding / stock

  • Publié 20.09.2018 à 15h46
  • |
  • |
  • |
  • |


L’utilisation du gaz hilarant semble être en recrudescence chez les jeunes Lillois. La Voix du Nord rapporte que les rues sont pleines de cartouches, au point d’en inquiéter le centre régional de pharmacovigilance (CRPV).

"On a fait la demande aux autres centres du pays, ils n’ont pas ce problème actuellement, assure le Dr Sophie Gautier." Dans l’Est, ils ont eu le souci il y a deux-trois ans, mais pas actuellement. J’étais l’autre jour à Paris, et je n’en ai pas vu une seule… On a fait remonter le signal via l’ARS (Agence régionale de santé), ils regardent. Si c’est confirmé que c’est localisé, il n’y aura pas de réponse de niveau national", se préoccupe-t-elle.

Siphons à chantilly

Cela fait longtemps que les capsules de protoxyde d’azote, utilisées à la base en cuisine pour les siphons à chantilly ou en médecine pour son effet antalgique, sont détournées comme psychotrope. "Ce sont des effets très rapides. Les gens sont en train de rigoler, ils sont en train de se dépersonnaliser, et c'est ça qui constitue l'attrait de ce type de produit", explique à BFMTV Dan Véléa, psychiatre et addictologue.
 
Tout à fait légal et très peu cher, le gaz hilarant attire des consommateurs de plus en plus jeunes, entre 12 et 16 ans. Il est pourtant très dangereux pour la santé. "S'il y a une association par exemple avec de l'alcool, ou s'il y a une association avec des boissons énergisantes, l'association de ces médicaments et de ces boissons fait que le coeur peut s'emballer parce qu'il y a une accélération de tout ce qui touche au rythme cardiaque", informe Patrick Goldstein, chef des urgences au Centre hospitalier régional universitaire de Lille. "C'est vraiment ce qu'on a décrit dans les accidents mortels", ajoute-t-il.

Sclérose de la moelle épinière

Le gaz hilarant peut aussi altérer les cellules nerveuses et entraîner des dégâts neurologiques irréversibles. Une sclérose de la moelle épinière peut se déclencher à cause des carences en vitamine B12, rapportaient Les Echos il y a quelques jours. "La consommation intense et régulière de protoxyde d'azote vide les stocks de vitamine B12 et la sclérose s'installe rapidement", décrit le Dr Philippa Lavallée dans les colonnes du quotidien.

Plus globalement, une vaste enquête réalisée auprès de 1000 jeunes par la Fondation pour l’innovation politique, le Fonds actions addictions et la fondation Gabriel-Péri, a démontré que les jeunes Français sont de plus en plus friands de drogue dures.

Consommation des drogues festives

3% des 14-17 ans déclarent avoir déjà consommé des produits hautement dangereux comme de l’ecstasy, de la cocaïne, du GHB et de la MDMA. La proportion grimpe à 5% parmi les 18-24 ans. Dans cette classe d’âge, ils sont 3% à en consommer au moins une fois par semaine. "L'augmentation de la consommation des drogues festives qui apparaît plus du double que dans les enquêtes habituelles, suscite une inquiétude particulière", estime, à juste titre, le président du Fonds Actions Addictions, Michel Reynaud. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité