Publicité

QUESTION D'ACTU

Étude réalisée chez la souris

Fracture des os : un médecin de Montréal découvre une piste pour guérir plus vite

Un chercheur canadien a découvert qu'une molécule générée par la vitamine D pouvait améliorer le processus de guérison des fractures osseuses. 

Fracture des os : un médecin de Montréal découvre une piste pour guérir plus vite Memorystockphoto

  • Publié 29.07.2018 à 18h50
  • |
  • |
  • |
  • |


Les fractures osseuses sont très fréquentes et parfois difficiles à guérir, en particulier pour les patients souffrant d'ostéoporose ou de la maladie des os de verre. Un médecin de Montréal aurait cependant trouvé une solution qui permettrait aux patients de guérir plus rapidement.

Publiée dans la revue Journal of Clinical Investigation, l'étude du Dr René Saint-Arnaud, directeur de la recherche aux Hôpitaux Shriners pour enfants de Montréal a porté sur des souris à qui on a prescrit une dose de vitamine D. 

Cette expérience a permis de découvrir le mécanisme et les bienfaits de la molécule 24,25 (OH)2, sécrétée par le corps lors de l'absorption de la victime B. Présente dans les rayons de soleil ainsi que dans certains aliments comme les produits laitiers ou les huiles de poisson, la vitamine D permet d'accélérer le processus de guérison des fractures osseuses, car son absorption favorise la concentration de calcium dans notre organisme. 

Renforcement du cal osseux

Pour activer les effets de la vitamine D, notre corps procède en deux étapes. Au cours de ce processus, la molécule (OH)2 produit du lactosylcéramide, un dérivé d’acide gras qui renforce la taille et la rigidité du cal osseux, épaississement de l'os qui se forme après une fracture et qui accélère le processus de guérison. 

"On a examiné la réparation des fractures chez ces animaux-là et on s'apercevait que le cal osseux qui aide à réparer l'os était toujours plus petit, plus fragile. Si on redonnait de la dihydroxyvitamine D, cette déficience-là était corrigée", explique le Dr St-Arnaud à Ici Radio Canada.  

Les conclusions de l'étude du Pr Saint-Arnaud, qui a travaillé sur le sujet pendant 15 ans avant de publier ses découvertes, s'avèrent donc encourageantes. La prochaine étape consistera à mener des essais cliniques sur les patients de l'hôpital Shriners. 

3 millions de Français souffrent d'ostéoporose

Si ces futurs tests s'avèrent concluants, ils pourraient aboutir à une piste de traitement précieuse pour les patients atteints d'ostéoporose, maladie insidieuse qui se caractérise par une fragilité excessive du squelette, due à une diminution de la masse osseuse et à l'altération de la micro-architecture osseuse. Elle toucherait 3 millions de personnes en France, parmi lesquelles 30 à 40% de femmes ménopausées.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité