Publicité

QUESTION D'ACTU

Education

Psychologie : faut-il punir les enfants ?

Gronder, confisquer, sanctionner ou fesser son enfant, est-ce toujours nécessaire ?

Psychologie : faut-il punir les enfants ? kozorog /iStcok

  • Publié 01.07.2018 à 07h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Tous les enfants désobéissent, font des bêtises ou répondent. La punition, qu'elle soit physique ou morale, fait partie de l'éducation transmise depuis des générations. Est-elle toujours nécessaire ? Peut-on éduquer sans punir ?

La punition remise en cause par les neurosciences

Croire que la punition fait progresser les enfants est une idée reçue ancrée depuis des générations à travers le monde. Pourtant, des études récentes en neurosciences ont montré que chaque fois que l'on punit un enfant, on entrave le bon fonctionnement de son cerveau en l'humiliant et en le faisant souffrir.

Quelles sont les conséquences de la punition à long terme ?

En élevant un enfant dans un contexte violent, on pense donner la bonne éducation pour qu'il devienne quelqu'un de bien. Pourtant, la punition peut avoir des conséquences délétères à long terme et entraîner une perte de confiance en soi, un ressentiment contre l'adulte, des violences physiques ou moral envers les autres et une reproduction du même comportement sur ses enfants.

Comment élever un enfant sans punir ?

La punition se traduit par un rapport de force, une humiliation et une domination qui influence l'enfant dans son développement et ses actions futures.

La vraie difficulté dans une situation de crise aiguë consiste à éviter le conflit qui perturbe la relation familiale. Dans toutes les situations, l'enfant a besoin de se sentir aimé et reconnu et pas seulement être le "mauvais".

Elever un enfant sans le punir, c’est lui donner des repères et un cadre, toujours avec bienveillance et empathie. Il s'agit par exemple de le valoriser en lui expliquant qu'il a des qualités et qu'il peut mieux faire, lui montrer que l'on a confiance en lui pour trouver des solutions par exemple, le guider vers un autre comportement en lui expliquant calmement que l'on n'est pas d'accord et pourquoi, toujours conserver des gestes de tendresse pour qu’il ne se sente pas isolé ou négligé, orienter ses efforts vers une récompense ou une issue positive pour le motiver et éviter autant que possible de le dévaloriser ou de l'humilier.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité