Publicité

QUESTION D'ACTU

Triclosan

Savons, gels douche, dentifrices : leur composition rend les bactéries résistantes à nos antibiotiques

Le triclosan, un ingrédient commun au dentifrice et au savon pour les mains pourrait contribuer à rendre les bactéries résistantes aux antibiotiques. Explications. 

Savons, gels douche, dentifrices : leur composition rend les bactéries résistantes à nos antibiotiques dejankrsmanovic/iStock

  • Publié 22.06.2018 à 13h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Nos produits d’hygiène quotidienne peuvent-ils favoriser la résistance bactérienne ? C’est la théorie émise par des chercheurs de l’Université du Queensland, en Australie. Selon une étude publiée dans la revue scientifique Environment International, ils affirment que les savons, gels douche ou encore dentifrices que nous utilisons chaque jour contribueraient à rendre les bactéries résistantes aux antibiotiques.

Le triclosan, un agent omniprésent dans les produits d’hygiène

Dirigée par le Dr Jianhua Guo, du Centre avancé de gestion de l'eau de l'Université du Queensland, l’équipe de chercheurs a testé les propriétés du triclosan, un agent antibactérien et antifongique présent dans plus de 2 000 produits de soins australiens. Les chercheurs se sont aperçus que, comme certains antibiotiques, la surutilisation et le mauvais usage de produits chimiques non-antibiotique antimicrobiens (NAAM) comme le triclosan pouvait "induire directement une résistance aux antibiotiques".

"Ces produits chimiques sont utilisés en quantités beaucoup plus importantes à un niveau quotidien, de sorte que l'on se retrouve avec des niveaux résiduels élevés dans l'environnement au sens large, ce qui peut induire une résistance à plusieurs médicaments", explique le Dr Guo. "Cette découverte prouve que le triclosan que l'on trouve dans les produits de soins personnels que nous utilisons quotidiennement accélère la propagation de la résistance aux antibiotiques."

Un composant controversé

Ce ne sont pas les premiers travaux scientifiques à pointer la dangerosité du triclosan. D’abord introduit dans les années 1970, notamment dans les gels nettoyants à destination des chirurgiens, cet agent antibactérien est désormais largement utilisé dans les produits de beauté et d’hygiène. Au grand dam des associations de consommateurs et de certains scienfiques. En effet, le triclosan est un perturbateur endocrinien qui influence notamment les hormones thyroïdiennes. Jugé "préoccupant" par l’Inserm, le composant est soupçonné d’être à l’origine de troubles du comportement chez les garçons de 3 à 5 ans, de dérégler le foie mais aussi de favoriser le développement d’allergies.

Le Pr Zhiguo Yuan, directeur du Advanced Water Management Centre, a déclaré que la récente découverte faite par l’Université du Queensland devrait être un signal d'alarme pour réévaluer l'impact potentiel de ces produits chimiques. "Alors que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a interdit l'utilisation du triclosan dans les savons antibactériens, l'absence de preuves non équivoques a empêché l'adoption d'une telle politique dans d'autres pays", a-t-il déclaré. Dans les pays de l’Union européenne, la Commission européenne a fixé la concentration maximale du triclosan dans le produit fini à 0,3% dans les cosmétiques. Il est également autorisé dans les bains de bouche, mais à une concentration maximale de seulement 0,2%. En revanche, il est interdit dans tous les produits de rasage depuis le 30 octobre 2014.

La résistance aux antimicrobiens est devenue une menace majeure pour la santé publique dans le monde entier, puisqu’environ 700 000 personnes meurent chaque année d'infections résistantes aux antimicrobiens. Le rapport O’Neill, commandé par le gouvernement britannique en 2014, estime que les infections résistantes aux antimicrobiens pourraient devenir la principale cause de décès dans le monde d’ici à 2050 en causant 10 millions de décès par an.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité