Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Alimentation, sport : contrôler ses mauvaises habitudes de vie avec une appli, c'est possible

Des chercheurs de l’Université Northwestern, aux États-Unis, viennent de mettre au point une application permettant de mieux contrôler sa consommation de fruits et légumes ou encore son temps passé devant les écrans. Objectif : se prémunir contre l’apparition de certains cancers et maladies cardiaques, et ainsi être en meilleure santé.

Alimentation, sport : contrôler ses mauvaises habitudes de vie avec une appli, c'est possible DragonImages/iStock

  • Publié 22.06.2018 à 11h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Et si pour se prémunir de l’apparition de certains cancers et maladies cardiaques, il suffisait de changer ses habitudes de vie ? Consommer trop d’aliments transformés et pas assez de fruits et légumes, ou encore passer trop de temps devant les écrans au détriment de l’exercice physique peuvent avoir une influence négative sur notre santé et favoriser l’apparition de maladies chroniques ou de cancers, notamment du sein, du côlon ou de la prostate.

Heureusement, ce processus est loin d’être irréversible, assurent des chercheurs de la Feinberg School of Medicine à l’Université Northwestern, dans l’Illinois. Dans une étude publiée le 19 juin dans le Journal of Medical Internet Research, ils expliquent qu’il est possible de normaliser ces "comportements malsains". "Nos résultats suggèrent que la prévention des maladies chroniques par le changement de comportement est faisable, ils contredisent l'hypothèse pessimiste selon laquelle il n'est pas possible de motiver des personnes relativement en bonne santé à faire de grands changements durables de mode de vie sain", explique Bonnie Spring, professeure de médecine préventive à l'école de médecine Feinberg de l'Université Northwestern.

Une appli et un coaching personnalisé pour mieux manger et bouger

Pour le prouver, les scientifiques ont recruté, entre 2012 et 2014, 212 adultes de la région de Chicago consommant peu de fruits et légumes et beaucoup de graisses saturées, pratiquant une activité physique modérée à intense et menant une vie sédentaire.

Pendant 9 mois, tous ont été invités à utiliser une application pour smartphone doté d’un podomètre pour suivre leur activité et leur comportement. Ils ont aussi été mis en relation avec un coach qui a surveillé ce qu’ils mangeaient et s’ils étaient actifs. Cette observation comportementale parfaite a été récompensée par une rémunération de 5 dollars par semaine, pendant 12 semaines. Sur la base des données reçues, le coach a conseillé les personnes par téléphone lors de séances personnalisées de 10 à 15 minutes, hebdomadaires pendant trois mois, puis bi-hebdomadaires pendant les trois mois suivants. Puis, jusqu'à neuf mois, ils ont conservé l'application d'intervention mais n'ont reçu aucun autre coaching.

Une modification spectaculaire des habitudes de vie

En analysant les comportements des participants à l’étude, les chercheurs ont noté d’importantes améliorations, tant dans leurs habitudes alimentaires que pour l’activité physique.

En partant de moins de deux portions de fruits et légumes par jour, ils ont augmenté leur consommation de 6,5 portions par jour. Ils ont diminué leur consommation de graisses saturées de 3,6 % pour consommer moins de 8% de leurs calories provenant des graisses saturées. Par rapport à une base de référence de 4,5 heures par jour d'écran de loisir, ils ont diminué le temps d'écran de près de trois heures et augmenté leur exercice modéré à vigoureux de 25 minutes par jour au cours des 9 mois qu’a duré l’expérience.

Mieux encore : les participants ont été en mesure de réaliser les mêmes gains, en mettant en œuvre les quatre changements de régime alimentaire et d'exercice simultanément ou séquentiellement (en changeant deux ou trois d'abord, puis en changeant d'autres comportements plus tard).

"Lorsque la plupart des gens commencent un plan d'alimentation et d'exercice, ils sont enthousiastes à l'idée de se mettre à courir, mais ils peuvent se sentir rapidement vaincus lorsqu'ils ne peuvent pas tout faire", analyse le Dr Spring. "Les outils technologiques, le soutien moral et l’incitation financière ont rendu les changements simples et suffisamment motivants pour que nos participants puissent commencer à les faire tous en même temps sans être dépassés."

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité