Publicité

QUESTION D'ACTU

Sujet tabou

Troubles de l’érection : comment traiter la dysfonction érectile ?

Sujet tabou par excellence, la dysfonction érectile toucherait plus de 20% des hommes de plus de 60 ans. Elle est pourtant loin d’être une fatalité car elle serait, dans certains cas, réversible et ce, avec ou sans l’aide de médicaments. Parfois, changer de mode de vie peut suffire.

Troubles de l’érection : comment traiter la dysfonction érectile ? paolo81/iStock

  • Publié 11.06.2018 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


La dysfonction érectile est un sujet tabou qui n’en est pas moins fréquent. En France, on estime que 3,5 millions d’hommes en souffrent : majoritairement des hommes de plus de 60 ans, mais aussi, dans 10% des cas, des hommes de moins de 50 ans. Les causes sont nombreuses : âge, diabète, athérosclérose, lésions nerveuses, ablation de la prostate…

Qu’est-ce qu’une dysfonction érectile ?

Concrètement, on parle de dysfonction érectile quand on constate une incapacité à obtenir ou à maintenir un rapport sexuel satisfaisant, soit persistante ou récurrente, pendant une durée d’au moins 3 mois. Il peut s’agir de l’incapacité à obtenir une érection (dysfonction érectile primaire), mais le plus souvent les troubles se limitent à une incapacité à maintenir une érection jusqu’à l’orgasme ou jusqu’à la pénétration de sa partenaire : perte de l’érection ou baisse de la rigidité lors de la pénétration (dysfonction érectile secondaire). Parfois, il s’agit aussi simplement d’une rigidité insuffisante qui gêne la pénétration et ne produit pas un rapport satisfaisant.

Un trouble réversible

Handicapante pour la vie de couple, la dysfonction érectile n’est pourtant pas une fatalité et pourrait même être, dans de nombreux cas, inversée. Une étude publiée dans le Journal of Sexual Medicine et menée auprès de 810 hommes australiens souffrant de troubles de l’érection met ainsi en lumière un taux de rémission de 29% en l’espace de 5 ans.

Dans le cas d’une dysfonction érectile primaire, elle peut être traitée avec des médicaments ou une chirurgie. Une dysfonction érectile secondaire elle, est souvent temporaire. Dans tous les cas, il est préférable de consulter pour trouver le traitement le plus adapté et aborder les causes sous-jacentes au trouble de l’érection. Il peut par exemple arriver que la cause d’une dysfonction soit psychologique. Il convient alors de mieux comprendre les ressorts du trouble afin de mieux le traiter, explique au site Medical News Today le Dr Daniel Murrell, spécialisé en médecine interne et en maladies infectieuses.

Changer de style de vie

Il peut arriver que le style de vie soit une cause de la dysfonction érectile. Il est alors conseillé de discuter des différentes options avec son médecin. En fonction de l’état de santé, celui-ci pourra éventuellement conseiller de procéder à des exercices de relaxation pour mieux gérer le stress et la pression artérielle, de perdre du poids pour abaisser la pression artérielle et améliorer les niveaux de cholestérol et de testostérone, ou encore de changer de régime alimentaire, notamment pour les hommes souffrant de diabète ou de maladie cardiovasculaire.

Faire des exercices du plancher pelvien

Les muscles du plancher pelvien aident les hommes à uriner et à éjaculer. Renforcer ces muscles peut également améliorer la fonction érectile. Une étude datant de 2010 affirme que les exercices du plancher pelvien peuvent aider les hommes diabétiques à obtenir et maintenir des érections.

Entamer une thérapie

Souffrir de dysfonction érectile peut avoir un impact négatif sur l’estime de soi et peut, dans certains cas, causer une dépression ou de l’anxiété. Consulter un psychologue ou un psychiatre peut aider à comprendre la cause du problème et à l’éliminer. Une thérapie de couple peut aussi être envisagée afin de trouver des moyens sains et constructifs de communiquer sur les troubles de l’érection avec sa ou son partenaire.

Les médecines alternatives

Certains hommes souffrant de dysfonction érectile trouvent dans les médecines traditionnelles, comme l’acupuncture, et les remèdes à base de plante, un soulagement. Ainsi, une étude publiée cette année affirme que les préparations à base de ginseng amélioreraient significativement les symptômes de la dysfonction érectile. Il faut cependant rappeler que les méthodes de médecine alternative sont plus sûres lorsqu’elles sont effectuées sous la supervision d’un médecin et en complément d’autres traitements.

Opter pour la médication

Il existe une grande variété de médicaments destinés à traiter les troubles de l’érection. Les plus connus sont évidemment le Cialis et le Viagra, qui augmentent le flux sanguin vers le pénis et aident ainsi à obtenir une érection. Ceux-ci peuvent être efficaces lorsque la cause de la dysfonction érectile est physique, et ils fonctionnent également bien lorsque la cause est inconnue ou liée à l'anxiété.

Si une affection sous-jacente, comme le diabète, cause une dysfonction érectile, le traitement de celle-ci inversera souvent la dysfonction érectile ou l'empêchera de s'aggraver.

A noter que certains médicaments, comme ceux contre la pression artérielle, peuvent aussi aggraver la dysfonction érectile, puisqu’ils réduisent le flux sanguin vers le pénis.

Les dispositifs mécaniques

Dans certains cas, l’utilisation d’un dispositif mécanique peut être envisagée. Il s’agit généralement de pompes à pénis qui attirent le sang dans le pénis pour induire une érection, y compris chez les hommes souffrant de lésions nerveuses sévères. En cas d'atteinte sévère des nerfs ou des vaisseaux sanguins, l'utilisation d'un anneau peut aider à garder le sang dans le pénis.

La chirurgie

Enfin, si ces solutions sont inefficaces, un médecin peut recommander la chirurgie : la procédure consiste alors à implanter dans le pénis un dispositif permettant des érections immédiates. Efficace dans la plupart des cas, la chirurgie pénienne en cas de dysfonction érectile présente un taux de complications inférieur à 5%.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité