Publicité

QUESTION D'ACTU

tabagisme

Tabac : le risque de cancer du poumon ne disparaît jamais totalement pour un ex-fumeur 

Chez les gros fumeurs, le risque de cancer du poumon diminue fortement dans les cinq années qui suivent l’arrêt. Mais même 25 ans après la dernière cigarette, il reste trois fois plus élevé que pour des non-fumeurs. 

Tabac : le risque de cancer du poumon ne disparaît jamais totalement pour un ex-fumeur  Sergey Tinyakov/iStock

  • Publié 30.05.2018 à 14h15
  • |
  • |
  • |
  • |


Même si on dénombre un million de fumeurs en moins en 2017 par rapport à l’année précédente, le nombre de fumeurs s'élève à 12,2 millions en France. 60% d’entre eux souhaiterait arrêter de fumer. Chaque jour d’arrêt est bénéfique pour la santé. L’ex-fumeur retrouve peu à peu goût et odorat, récupère du souffle et à terme, réduit le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC), d’infarctus du myocarde et améliore son espérance de vie. Mais une nouvelle étude montre que le risque de cancer du poumon ne disparaît jamais totalement pour un ex-fumeur. 

Une étude menée sur 8907 patients 

L’étude a été menée au sein du centre médical de l’Université Vanderbilt dans le Tennessee aux Etats-Unis et publiée dans le Journal of the National Cancer Institute. Les chercheurs ont étudié les cas de 8 907 patients, suivis pendant une période de 25 à 34 ans. Dans ce groupe, 284 cancers du poumon ont été détectés. Dans 93 % des cas, les malades étaient de "gros fumeurs", c’est-à-dire qu’ils ont fumé un paquet par jour pendant au moins 21 ans.

Dans les cinq années qui suivent l’arrêt, le risque de cancer du poumon baisse de 39 % par rapport à ceux qui fument toujours. D’année en année, le risque continue de diminuer, mais même 25 ans après l’arrêt, il reste trois fois supérieur à celui des non-fumeurs, c'est-à-dire ceux qui n’ont jamais fumé. Ces résultats devraient permettre d’améliorer la prise en charge des ex-fumeurs. Souvent, après 15 ans d’arrêt, la vigilance quant à un éventuel cancer du poumon diminue. Pourtant, 4 cancers du poumon sur 10 concernent d’anciens "gros fumeurs" qui ont arrêté il y a plus de 15 ans. 

L'efficacité de la cigarette électronique n'est pas encore démontrée

L’arrêt du tabac n’est jamais simple, il est fréquent que plusieurs tentatives soient nécessaires avant de parvenir à arrêter totalement. Patchs, gommes, inhalateurs, plusieurs types de substituts nicotiniques peuvent aider les fumeurs. La cigarette électronique ne fait pas partie des substituts nicotiniques reconnus.

Aucune étude scientifique ne prouve qu’elle est sans danger pour la santé. Mais elle peut aider de nombreux fumeurs qui n’arrivent pas à se passer du geste de fumer. Dans de nombreux cas, la cigarette électronique va remplacer la cigarette : on parle alors d’arrêt du tabac mais pas de sevrage nicotinique. Tant que l’ex-fumeur "vapote", il reste dépendant à cette substance. Dans tous les cas, un ancien fumeur ne sera jamais un non-fumeur, chaque cigarette refumée expose à un risque de rechute. D'après Santé Publique France, chaque année, le tabac est responsable de six millions de morts à travers le monde. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité