Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépistage et prévention

Cancer colorectal : comment se déroule une coloscopie ?

Tous les deux ans, les personnes âgées de 50 à 74 ans sont invitées par courrier à se faire dépister du cancer colorectal. Si le test est positif, les médecins préconisent alors une coloscopie. Comment se déroule-t-elle ? Que faut-il savoir ?

Cancer colorectal : comment se déroule une coloscopie ? robertprzybysz /istock

  • Publié 21.05.2018 à 08h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Chaque année en France, 43 000 nouveaux cas de cancer colorectal sont diagnostiqués. Selon Santé publique France, il s'agit du deuxième cancer le plus meurtrier avec près de 17 500 décès par an, mais s'il est détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10. Les autorités sanitaires estiment que quatre hommes sur cent et trois femmes sur cent développeront un cancer colorectal au cours de leur vie, avant l’âge de 75 ans. De fait, la coloscopie, un examen pratiqué dans le cadre du dépistage du cancer du côlon, est couramment pratiqué en France. 

Effectuée par un gastroentérologue, pour les personnes ayant un résultat de test positif au programme national de dépistage organisé, la coloscopie permet de mettre en évidence d’éventuelles anomalies du côlon ou du rectum. Dans près de la moitié des cas, elle ne détecte aucune anomalie. Dans environ 30 % des cas, elle détecte un polype ou adénome et dans 8 % des cas, un cancer.

Photo de polypes dans le tube digestif (Crédit : selvanegra/iStock)

Quand pratiquer une coloscopie ?

Tous les deux ans, un courrier invite les femmes et les hommes âgés de 50 à 74 ans à se faire dépister, soit 18 millions de personnes. Depuis le mois d’avril 2015, le programme national de dépistage organisé repose sur le test immunologique. "Ce test est simple, performant, rapide à faire et indolore. Il est à réaliser chez soi et pris en charge à 100% sans avance de frais", détaille Santé publique France dans une note d'information.

Ce test consiste en un prélèvement des selles et est réalisé par 80 000 à 85 000 personnes chaque semaine. "Le fait de le faire en une seule fois c'est parfait, il n'y a aucune raison de ne pas le faire", témoigne Suzy, 63 ans, Basse-Normandie. Si les résultats de ce test sont positifs, le médecin prescrit alors une coloscopie. Cet examen permet en effet de biopsier (prélèvement d'un fragment de tissu pour l'étudier au microscope) d'éventuelles lésions du côlon, ou parfois de les enlever. Dans certains cas, une radio de l'intestin viendra compléter l'examen. Pour effectuer une coloscopie, vous devez être à jeun, c'est à dire n'avoir ni mangé, ni bu, ni fumé, car votre côlon doit être propre. Le médecin vous demandera d'ailleurs d'ingérer un liquide de lavage intestinal avant l'examen afin de vider vos intestins. 

Comment se déroule une coloscopie ?

La coloscopie est souvent réalisée sous anesthésie générale. Les médecins introduisent un appareil souple appelé endoscope dans l'anus pendant que de l'air insufflé sert à déplisser les parois. L'exploration se solde parfois par des prélèvements. Les médecins peuvent à ce titre prolonger votre hospitalisation, le temps d'analyser les prélèvements ou de vous garder sous surveillance en cas de complications. 

Si la coloscopie est un examen courant, il existe comme dans toute intervention médicale, un risque de complications. Selon santé publique France, "elle peut entraîner des complications modérées à sévères pour 1 à 4,5 ‰ des coloscopies, dont des hémorragies (pour 1 à 3 ‰ des actes) et des perforations intestinales (pour 0,5 à 1 ‰ des actes). Les décès consécutifs aux complications surviennent dans un cas sur 10 000 à 18 000 coloscopies".

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité