Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépistage

Cancer du colon : la combinaison des données génétiques et de l’histoire familiale peut améliorer le dépistage

Combiner antécédents familiaux et données génétiques lors du dépistage du cancer du colon augmente son efficacité. La présence des deux facteurs augmente significativement le risque de cancer colorectal. 

Cancer du colon : la combinaison des données génétiques et de l’histoire familiale peut améliorer le dépistage robertprzybysz/epictura

  • Publié 27.02.2018 à 17h40
  • |
  • |
  • |
  • |


Le cancer du colon est guéri dans 9 cas sur dix lorsqu’il est détecté au stade précoce. Certains facteurs augmentent le risque de développer ce type de cancer. L’âge notamment : 95% des cas se déclarent après 50 ans. Mais également les antécédents familiaux et les prédispositions génétiques. Des chercheurs du centre allemand de recherche contre le cancer suggèrent de combiner les données génétiques et les antécédents familiaux lors des examens de dépistage afin d’augmenter leur précision. Leurs résultats sont publiés sur le site Eurekalert!

Il existe deux facteurs génétiques liés au cancer colorectal: la polyadénomatose recto-colique familiale, qui est une mutation d’un gène appelé APC, et le syndrome de Lynch. Ce dernier est une anomalie génétique qui concerne les gènes chargés de contrôler la réparation des erreurs qui surviennent pendant la division cellulaire, lorsque l’ADN se duplique. 

Un risque six fois plus élevé 

L’auteur principal de cette étude, Korbinian Weigl, a étudié les antécédents familiaux ainsi que 53 indicateurs de risque génétique chez 4 500 participants. Pour les patients dont l’un des proches a eu un cancer du colon, le risque de développer la maladie est deux fois plus élevé que pour ceux qui n’ont aucun antécédent.

Pour ceux qui possèdent le plus grand nombre de marqueurs génétiques associés au risque de cancer du colon, le risque est trois fois plus élevé que pour ceux qui en ont le moins. Enfin, pour les personnes qui cumulent antécédents familiaux et de nombreux indicateurs de risque génétique, le risque est six fois plus élevé que chez ceux concernés par aucun de ces deux critères. "Ces résultats montrent que la combinaison des deux facteurs peut rendre le dépistage du cancer colorectal significativement plus précis", souligne Hermann Brenner, expert du centre allemand de recherche contre le cancer. 

En France, le dépistage du cancer du colorectal est recommandé à partir de 50 ans chez les hommes et les femmes. Il doit être fait tous les deux ans pour être efficace. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité