Publicité

QUESTION D'ACTU

Génétique des populations

Génétique : ce mystérieux lien entre migraine et froid

Selon une récente étude, la susceptibilité à la migraine résulterait d’une adaptation des êtres humains au climat rigoureux de l'hémisphère nord.

Génétique : ce mystérieux lien entre migraine et froid Khosrork / istock

  • Publié 14.05.2018 à 10h25
  • |
  • |
  • |
  • |


Encore un méfait à mettre sur le compte de l’évolution. Dans une étude parue dans Plos Genetics, des chercheurs en génétique ont montré qu’un des gènes associés à la migraine résulte sans doute d’une adaptation progressive au froid. Une sorte d’effet secondaire de l’évolution : si vous grincez des dents à l’occasion, c’est pour ne pas trop claquer des dents le reste du temps.

Une mutation fréquente dans le Nord

Le coupable s’appelle TRPM8. Ce gène, présent à la surface de neurones sensoriels périphériques (présents sur la peau ou encore dans la bouche), code pour un récepteur sensible à la fois au froid et au menthol. Or, ce gène possède une variante, issue d’une mutation ponctuelle, qu’on sait liée à la migraine. Les études pangénomiques montrent une surreprésentation de cette mutation chez les individus migraineux.

En s’intéressant à cette mutation des récepteurs du froid, les chercheurs ont trouvé des différences géographiques extrêmes : seulement 5 % de la population possèdent la mutation au Nigeria, contre 88 % des Finlandais. En compilant les données issues du projet 1000 Génomes, ils ont montré que cette fréquence de répartition s’organisait selon un gradient de latitude : plus une région située au nord, plus la version mutée de TRPM8 est fréquente.

Tout a commencé il y a 26 000 ans

Les 50 000 dernières années ont vu Homo sapiens quitter l’Afrique pour coloniser l’Europe. Choc thermique assuré, d’autant qu’il s’agit d’une période glaciaire : vu du thermomètre, la France de de cette époque ressemblait à la Sibérie actuelle. La résistance au froid était donc un enjeu de vie ou de mort, propre à exercer une pression sélective énorme.

Cette mutation serait donc une adaptation au froid, qui aurait débuté il y a 26 000 ans et se serait stabilisée à l’approche de l’Antiquité, entre 8000 et 3000 ans avant notre ère. Les individus porteurs de la mutation de TRPM8 devaient posséder un système de régulation thermique plus efficace, en contrepartie de plus de migraines. Au plan évolutif, le jeu en valait largement la chandelle – du moins jusqu’à l’invention du chauffage central.

Le froid et la migraine

"C’est sans doute la première fois qu’on montre l’adaptation à l’environnement d’un gène de récepteur sensoriel", précise avec enthousiasme le généticien Mark Shriver (UPenn), qui n’a pas participé à l’étude, dans les colonnes de New Scientist.

Le mécanisme qui lie la sensibilité au froid et la migraine n’est pas encore bien compris. On sait par exemple que le froid peut causer des maux de tête, et quiconque a déjà croqué un peu vite dans une glace se souvient de la douleur ressentie, très semblable à celle d’une migraine – ce que les anglo-saxons appellent brain freeze.

Des études sont en cours pour essayer de soigner la migraine à l’aide d’antagonistes du récepteur TRPM8.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité