Publicité

QUESTION D'ACTU

Gare au marketing

Attention, les produits "light" augmentent aussi le risque de diabète et d'obésité

Boissons light, yaourts light, gâteaux light... les produits contenant des édulcorants sont partout dans les rayons des supermarchés. S'ils sont sans "vrai sucre", ils ne seraient pas inoffensifs pour autant. Des chercheurs américains montrent que la consommation d'édulcorants est associée au risque de diabète et d'obésité. 

Attention, les produits \ weiXx /iStock

  • Publié 23.04.2018 à 19h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les produits light ont la côte. Notamment parce qu'ils contiennent des édulcorants qui permettent de remplacer le sucre, comme du sucralose ou de l’aspartame. Un Français sur cinq consomme un produit contenant de l’aspartame au moins une fois par semaine.

Mais si ces produits ne contiennent pas de sucre à proprement parler, ils ne seraient pas pour autant sans danger. Au contraire, en consommer signifie "passer du mauvais au pire". Des chercheurs américains dévoilent une étude qui montre que la consommation de produits dits "zéro calorie" peut avoir pour conséquence l’obésité et le diabète. 

Une comparaison entre vrai et faux sucre 

L’étude en question a été réalisée par des chercheurs de l’école de médecine du Wisconsin aux Etats-Unis. Ils ont comparé les effets du sucre et des édulcorants sur des cultures de cellules et des rats. Pendant trois semaines, du sucre (sous forme de glucose ou de fructose) et des édulcorants (de l’aspartame ou de l’acésulfame potassium) ont été ajoutés aux régimes alimentaires des rats, répartis en différents groupes. 

D'après leurs conclusions, les "faux sucres" altèrent la manière dont le corps ingère le gras et se fournit en énergie. Ainsi, l’acésulfame potassium s’accumule dans le sang. Si la consommation de cet édulcorant est forte, cela peut dégrader les cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins. Pour les chercheurs, les édulcorants, en provoquant des problèmes vasculaires et en altérant l’auto-régulation du corps humain, peuvent déclencher ou aggraver l’obésité et le diabète. 

Des doutes anciens sur les aliments "light" 

Ce n’est pas la seule étude à s’interroger sur les conséquences de la consommation de "faux sucres". Une recherche publiée en mars dernier par Obesity facts montrait que la consommation de boissons light était associée à l’obésité chez l’enfant ou l’adulte. La consommation d’édulcorants pourrait également augmenter la sensation de faim, donc directement influer sur l’ingestion de calories et mener éventuellement au surpoids, voire à l’obésité.

Une autre étude menée cette fois en Suède en 2016, s’interrogeait déjà sur les liens entre ces boissons et le diabète. Selon les chercheurs, ces boissons perturbent le microbiote intestinal, l’ensemble de bactéries qui aident à la digestion. Leurs résultats montraient que le risque de diabète de type 2 est identique que l’on consomme des boissons avec du vrai sucre ou des boissons light. A partir de deux boissons par jour, le risque de diabète de type 2 est multiplié par deux. 

6,5 millions de personnes obèses en France

Le diabète est un trouble de l’utilisation et du stockage des sucres dans l’organisme. On en compte deux sortes : le diabète de type 1, qui correspond à une sécrétion insuffisante d’insuline, et le diabète de type 2, une résistance des cellules de l’organisme aux effets de l’insuline, ce qui mène à un taux de sucre dans le sang trop élevé. Le diabète de type 2 représente 90 % des cas.

On estime qu'en France, 6,5 millions de personnes sont concernées par l'obésité, ce qui représente 14,5% de la population adulte. D’après l’Inserm, à l’échelle mondiale, ce taux est de 35%. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité