Publicité

QUESTION D'ACTU

Troubles de croissance

Stress et grossesse : danger pour la taille du bébé

Une femme enceinte soumise à un stress, c’est très mauvais pour le bébé. Les stress aurait un impact déterminant sur la taille du fœtus dans l’utérus, mais aussi celle du nourrisson après la naissance.

Stress et grossesse : danger pour la taille du bébé prometeus/epictura

  • Publié 30.11.2017 à 07h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Maman stressée, bébé perturbé. Une étude réalisée par des chercheurs des universités du Nouveau Mexique, de celle de Göttingen et du Centre allemand des primates montrent que le stress a un effet sur la croissance du bébé. C’est résultats sont publiés dans la revue PNAS.

Conséquences différentes selon la période du stress

Le stress prénatal chez la mère lorsqu’il arrive à la fin de la période de gestation entraîne une croissance plus lente dans l’utérus et pendant la petite enfance. Le stress a pour conséquence un manque d’investissement énergétique de la femme enceinte dans sa grossesse. Mais une fois que le nourrisson atteint l’indépendance nutritionnelle, il ne dépend plus de la mère, et sa croissance semble reprendre un rythme normal.
Si la mère est stressée au début de sa grossesse, les conséquences sont différentes. Le foetus va réagir différemment pour pallier à une espérance de vie réduite. Il va grandir plus vite lorsqu’il est dans l’utérus, mais aussi pendant sa petite enfance.
Ces deux effets ont été constatées dans plusieurs types d’expériences : des mères exposées directement à des facteurs de stress, ou des mères dont les hormones de stress ont été augmentées de manière expérimentale, en jouant par exemple sur le cortisol.

Une récupération possible

Tous les stresseurs semblent pouvoir donner les mêmes effets. Les chercheurs expliquent toutefois que ces deux conséquences du stress, l’accélération ou la décélération de la croissance, peuvent être annulées lorsque l’investissement maternel devient intense, pendant l’allaitement par exemple.
Ils suggèrent aussi que ces résultats pourraient expliquer d’autres phénomènes, notamment le risque d’obésité plus fort chez les enfants nourris au lait maternisé qui ont vécu des conditions de développement intra-utérin difficiles ou les menstruations plus précoces chez les petites filles vivant dans les banlieues pauvres des pays en voie de développement.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité