Publicité

QUESTION D'ACTU

Maladies de l'homme

Le Movember en portraits

Ils s’appellent Bernard, Quentin ou Anthony et tous ont un point commun : le Movember. Ils s’engagent, armés de leur rasoir, en portant la moustache pour lutter contrer les maladies spécifiques aux hommes. Témoignages.

Le Movember en portraits Capture d'écran Movember

  • Publié 06.11.2017 à 15h37
  • |
  • |
  • |
  • |



Bernard Guillot
57 ans
Cadre dirigeant d'une structure associative– Strasbourg (Bas-Rhin)



« Cette année, j'ai décidé de m'engager pour le Movember par solidarité. En fait, suite à Octobre rose pour le cancer du sein, auquel bon nombre de mes collègues féminines participent plus ou moins, je me suis dit que j'allais moi aussi soutenir une cause. Cette opération pour les hommes m'a semblé adaptée. Je n'ai pas connaissance de personnes touchées dans mon entourage mais qui sait de quoi demain sera fait ? Le cancer est une maladie dont il faut oser parler, y compris pour les hommes

Déjà l'année dernière, j'en avais entendu parler par les medias mais, avec mes activités, il était compliqué pour moi d’adopter ce look. Depuis deux jours, lors de la reprise du travail, après la Toussaint, tous mes collègues étaient surpris. Je suis toujours rasé de près. Et ce n'est plus tout à fait le cas. Alors j'explique mon engagement mais beaucoup croient à une blague. On verra si certains me rejoignent ».

Anthony Delliage
41 ans
Pompier – Ars-sur-Fromans (Ain)



« Ma profession de sapeur pompier me met régulièrement en contact avec des malades et ce, même parmi mes collègues. Or, nous avons un esprit extrêmement solidaire.

Depuis quelques années, certaines casernes de Lyon ont lancé cette mode en novembre et gardent la moustache jusqu’à la Sainte-Barbe (sainte patronne des pompiers) qui a lieu le 4 décembre

Après, la récolte de don m’apparait plus délicate. Si cette action ne se résume qu’au port de la moustache, je n’en vois pas trop l’intérêt. C’est ma première année donc je l’envisage comme un essai, un moyen d’évaluer la portée de ce geste. Pour l’instant, les gens ont tendance à rigoler en voyant ma moustache. Mais, par l’humour, je reste persuadé que l’on peut faire passer des messages profonds ».

Quentin
20 ans
Etudiant en classe prépa et youtubeur – Metz (Moselle)



« Movember c’est à la fois de la solidarité et de l’aide à la recherche pour la santé masculine. J'ai récemment vécu la perte d'une personne à cause d'un cancer et malheureusement, même si on connait tous cette malade, on y prête pas vraiment attention. Il faut savoir que les hommes meurent en moyenne six ans plus tôt que les femmes. L’objectif principal consiste à récolter des fonds pour contribuer à la baisse de cet écart.

Pour être efficace, j'ai passé un message à ma communauté (sur internet) afin de la sensibiliser à la cause Movember. Certains s’y ont mis, pour mon grand plaisir.

Simplement, je regrette la réaction de différentes personnes qui s’arrêtent au physique sans vouloir comprendre le message de fond. La moustache est un symbole, rien de plus. Ce qui compte, c’est le combat qui se cache derrière. En plus, sans barbe, je m’offre une cure de jeunesse sans trop d’effort ! »

Vincent RICHARD
40 ans
Responsable du recrutement en cabinet d’expertise comptable - Orléans (Loiret)



« Autour de moi, personne n’a été touché par une maladie dite masculine mais je sais que cela peut très bien arriver un jour ou l’autre. Le jour où cela arrivera, je serai bien content d’avoir avec moi des médecins aux moyens suffisants. En 2016, 325 000 personnes dans 21 pays ont joué le jeu de la moustache et c’est ainsi que 55 millions d’euros ont été récoltés. Cet argent a permis de faire avancer la recherche en finançant de très nombreux projets.

Déjà en 2011, un ami m’avait parlé du Movember mais, à l’époque, je venais de commencer un nouveau travail et je n’ai pas osé me laisser pousser la moustache. J’ai donc fait un don. L’année suivante, j’ai fait les deux. Malheureusement, au bureau, il est difficile de convaincre mes collègues. La plupart du temps, ils ne veulent pas car ils ont peur du ridicule et je peux le comprendre car ils rencontrent beaucoup de clients.

Mais cette année, j’ai quand même eu la très bonne surprise de voir que ma ville, Orléans, organisait des animations pour le Movember, ça devrait donc pas mal être animé ce mois-ci ».

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité