Publicité

QUESTION D'ACTU

Ingénierie

Catastrophes : des drones capables de détecter des signes de vie

Grâce à des caméras, des drones peuvent identifier des signes de vie lors de catastrophes et aider la police à traquer des terroristes.

Catastrophes : des drones capables de détecter des signes de vie conceptw/epictura

  • Publié 29.09.2017 à 11h23
  • |
  • |
  • |
  • |


Après un séisme ou un ouragan, une course contre la montre s’enclenche pour retrouver des survivants sous les décombres. Si aujourd’hui, les chiens viennent en aide aux sauveteurs, demain, les drones pourraient les accompagner. Des ingénieurs de l’université du Sud de l’Australie ont mis au point des objets volants capables de repérer les signes vitaux en situation de guerre ou de catastrophe naturelle. Ils présentent leur innovation dans BioMedical Engineering OnLine.

L’équipe universitaire a développé ces drones en partenariat avec le groupe de recherche avancée en défense australien. Leurs travaux ont surtout consisté à développer une caméra pouvant repérer le rythme cardiaque et la fréquence respiratoire, et cela, à 3 mètres d’altitude.


Aussi efficace que l'ECG

Les caméras détectent, en fait, des variations de la couleur de peau et les petits mouvements de tête. Des paramètres faciles à analyser qui permettent de surveiller simplement l’état de santé des victimes de catastrophes, expliquent les chercheurs.

L’équipe du Pr Javaan Chahl a testé cette technologie sur 15 individus en bonne santé âgés de 2 à 40 ans. Les expérimentations ont été réalisées à la fois à l’intérieur et à l’extérieur. Résultat : les caméras obtiennent les mêmes performances que les méthodes classiques comme l’électrocardiogramme ou l’oxymètre de pouls qui permet d’évaluer le taux d’oxygène dans le sang. « C’est la première fois que des vidéos prises par un drone arrivent à mesurer les signes cardiorespiratoires », s’enthousiasme le Pr Javaan Chahl.


Repérer les terroristes

Ces drones pourront aider les forces de police à détecter des terroristes dans les lieux publics en fonction des anomalies de leur rythme cardiaque, imagine le responsable des travaux. « En effet, une personne qui s’apprête à commettre des actes de violence présente très certainement des signes vitaux irréguliers. Elles sont plus agitées ou alors apparaissent anormalement calmes, car dans beaucoup de cas, elles sont sous médicaments. Il y a donc de bonnes chances que notre dispositif les identifie », décrit l’ingénieur.

L’équipe de recherche suggère également que ce système de caméra pourrait remplacer les électrodes dans les hôpitaux, notamment dans les services de néonatologie où les bébés prématurés sont reliés à de nombreuses machines. En Suisse, un projet de recherche évalue actuellement l'intérêt de monitorer les bébés avec des caméras. « Je pense que ces dispositifs seront utilisés tous les jours dans dix ans », espère le Pr Chahl.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité