Publicité

QUESTION D'ACTU

En Suède

Arrêt cardiaque : de précieuses minutes gagnées grâce aux drones

L’utilisation d’un drone pour faire parvenir un défibrillateur sur le lieu d’un malaise cardiaque pourrait sauver de nombreuses vies.

Arrêt cardiaque : de précieuses minutes gagnées grâce aux drones Karolinska Institutet

  • Publié 14.06.2017 à 12h43
  • |
  • |
  • |
  • |


Un arrêt cardiaque en dehors de l’hôpital, c’est 7 % de survie. Un chiffre faible, que les services d’urgence peinent à améliorer. Le point noir reste le temps d’attente avant l’intervention des pompiers, ou des équipes du Samu.

Les services d’urgence envoyés sur site, même à bord de véhicules prioritaires, sont limités par leur temps de trajet. Il n’est pas toujours possible d’envoyer un hélicoptère, mais la voie des airs pourrait être la solution, de manière plus originale.

Une équipe suédoise de l’Institut Karolinska de Stockholm a mis au point un drone, piloté automatiquement, capable d’apporter un défibrillateur sur le lieu d’un arrêt cardiaque. Et le gain n’est pas négligeable : il permettrait de réduire drastiquement le temps d’intervention.

16 minutes de gagnées

Dans une lettre publiée dans la revue scientifique JAMA, les développeurs de ce drone annoncent les résultats prometteurs de leur engin. « Dans toutes les simulations que nous avons réalisées, le drone est arrivé avant l’ambulance », se réjouissent les auteurs.

Et le gain n’est pas faible. Sur les 18 simulations effectuées en milieu rural, et sur des distances jusqu’à 10 km, les ambulances ont mis entre 5 et 39 minutes pour arriver. Les drones ont fait bien mieux : entre 1 et 12 minutes. Le gain médian, annoncent les chercheurs, s’élève à plus de 16 minutes : au lieu de 22 minutes, ils en mettent à peine plus de 5. Un gain « cliniquement important ».

« Une minute de perdue, c’est 10 % de chances de survie en moins », expliquait le Pr Jacques Beaune, cardiologue et président d’honneur de la Fédération française de cardiologie (FFC), en 2015, à l’occasion d’une campagne de sensibilisation aux gestes qui sauvent.

Temps de réaction 

Une partie du bénéfice repose sur le temps de réaction des drones. Alors qu’il faut environ 3 minutes à un véhicule d’urgence pour partir en intervention, le drone n’a besoin que de 3 secondes. Une fois l’urgence identifiée, l’opérateur (l’assistant de régulation médicale pour le Samu) transmet l’adresse. Alors que le personnel doit rejoindre son véhicule et démarrer, le drone part immédiatement.

Ensuite, la voie des airs fait gagner un temps précieux. Le drone suédois peut atteindre 75 km/h, même équipé de son défibrillateur. Lors des tests, il volait à environ 50 km/h. Il n’a pas non plus besoin de pilote : tous les vols ont utilisé le pilote automatique du drone, assisté par des pilotes à l’atterrissage, pour des raisons de sécurité. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Défibrillateur automatique

L’intervention par drones pourrait concerner plus de 25 000 personnes qui perdent la vie chaque année, victimes d’un arrêt cardiaque à leur domicile, sous l’œil d’un témoin. Le défibrillateur cardiaque est un outil facile à utiliser, et qui donne de bons résultats, même utilisé par un novice.

« Il est très simple d’emploi, assure le Pr François Carré, cardiologue au CHU de Rennes. Quand on place les électrodes sur le thorax de la victime, celles-ci détectent un éventuel trouble du rythme, l’appareil fait le diagnostic automatiquement, et indique si le choc est nécessaire ou non. » Un premier secours, en attendant les médecins.

Adapter la législation

D’autres obstacles se présentent maintenant aux développeurs du drone. Tous les tests ont été effectués avec des conditions météorologiques très favorables, et les drones pourraient être rapidement limités par les aléas climatiques. Les drones étant autonomes, se posent aussi des questions d’autorisation de vol, et donc de responsabilité en cas d’incident. Enfin, quel rôle donner au défibrillateur ? Ce n’est pas un secouriste, et l’arrivée rapide du drone donne certes accès à un outil qui peut sauver une vie, mais n’est pas une prise en charge médicale.

Toutes ces questions devront être étudiées. Mais face au gain de temps, et moyennant quelques adaptations et une intégration dans le système déjà en place de services d’urgence, des défibrillateurs volants pourraient bien faire leur apparition dans le ciel de nos villes et campagnes.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité