Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude française

Perturbateurs endocriniens : l’effet cocktail est délétère

Gare à l'effet cocktail ! Lorsqu'une femme enceinte est exposée à plusieurs perturbateurs endocriniens, les effets de ceux-ci sont démultipliés, selon une étude de l'Inserm.

Perturbateurs endocriniens : l’effet cocktail est délétère lightpoet/epictura

  • Publié 16.09.2017 à 09h33
  • |
  • Mise à jour le 16.09.2017 à 10h00
  • |
  • |
  • |


Alimentation, emballages, produits d’entretien… Les perturbateurs endocriniens sont partout. Difficile d’échapper à une exposition, même en y prenant garde. L’effet cocktail semble donc inévitable. Et il démultiplie l’impact de ces polluants, comme le montre une étude de l’Inserm. Ce travail, publiée dans Environmental Health Perspectives, teste pour la première fois plusieurs molécules sur des cellules humaines.

Des cellules de testicule fœtal ont été utilisées pour ces recherches. Avant de réaliser les tests, les scientifiques ont criblé 27 produits dont l’effet perturbateur est soupçonné. Cela va des pesticides (chlordécone, imazalil) au bisphénol A en passant par les métabolites du café.

Ce travail de fond a permis de confirmer l’impact délétère sur la santé reproductive avec 11 des 26 produits. En effet, ils inhibent la production de testostérone. A partir de ce modèle mathématique, les Français ont réalisé plusieurs cocktails de molécules à risque.

10 à 1 000 fois plus d'effet

L’impact de cette exposition a ensuite été calculé sur un testicule fœtal. Le choix ne doit rien au hasard : au cours du premier trimestre de la grossesse, les hormones masculines jouent un rôle clé dans le développement du système reproducteur masculin.

Si une femme enceinte était exposée aux cocktails produits en laboratoire, les conséquences seraient démultipliées par rapport à une seule substance. L’ampleur de l’effet perturbateur endocrinien est multipliée de l’ordre de 10 à 1 000 fois.

Chez un être humain en développement, les dégâts se traduiraient par des malformations au niveau du système reproductif. Les testicules de l’enfant, par exemple, pourraient ne pas descendre (cryptorchidie), ou le pénis se développer anormalement (hypospadias).

Une fenêtre à haut risque

De quoi inviter à la prudence. Car si les calculs sont modélisés, le risque est bien réel. « Il existe une fenêtre de sensibilité bien précise au cours du 1e trimestre de développement du fœtus pendant laquelle l’exposition simultanée à des doses faibles de plusieurs perturbateurs endocriniens, laisse entrevoir un risque pour le futur appareil génital et reproducteur de l’enfant », expliquent Bernard Jégou et Séverine Mazaud-Guittot, co-auteurs de l’étude.

Ce n’est pas la première fois qu’une équipe française alerte sur le risque d’effet cocktail. En 2015, déjà, une étude publiée dans Nature Communications soulignait l’impact néfaste de l’exposition à un pesticide organochloré chez les femmes prenant une pilule contraceptive.

Les scientifiques concluent, au vu de ces résultats, que l'effet réel des perturbateurs endocriniens est probablement sous-évalué. « La co-exposition devrait être prise en compte lorsque le risque d'un seul produit chimique est évalué », recommandent-ils.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité