Publicité

QUESTION D'ACTU

A consommer avec modération

Journée mondiale du soleil : les risques d’une exposition excessive

Le soleil fait rêver autant qu’il fait du bien au moral. Mais l’exposition à ses rayons ultraviolets n’est pas sans risque. Consommé avec modération, l’astre a de réels bienfaits.

Journée mondiale du soleil : les risques d’une exposition excessive INS News Agency Ltd./RE/REX/SIPA

  • Publié 02.05.2015 à 08h50
  • |
  • |
  • |
  • |


Les beaux jours reviennent, et avec eux les envies de bain de soleil… quand la météo le permet. Un plaisir tel que certains deviennent accros aux séances de bronzage. Avant de se jeter sur le bord de mer, quelques précautions doivent être prises. A l’occasion de la Journée mondiale du Soleil, qui se tient ce 3 mai, Pourquoidocteur fait le point sur les risques et les bénéfices d’une exposition régulière et excessive.

Contre la dépression

Tous les étés, c’est la même histoire : les Français se ruent sur les plages du pays pour bénéficier du soleil. Cet astre est notre principale source de vitamine D, nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme, notamment des os et des muscles. D’ailleurs, plusieurs études l’ont prouvé, la lumière du soleil est nécessaire pour réguler l’horloge interne, que ce soit sur le plan du sommeil ou de la production d’hormones. Elle permet de se caler sur le rythme d’une journée (24 heures), et donc de produire les hormones nécessaires à l’endormissement au bon moment.

Le soleil est aussi pour bon l’esprit : s’exposer tous les jours à sa lumière permettrait de réduire le risque de suicide ou de dépression. Des chercheurs ont même calculé qu’une météo défavorable pendant 10 jours facilite le passage à l’acte. Les bienfaits de cet astre sont tels que la luminothérapie est désormais indiquée dans le traitement de la dépression. Elle s’avère aussi précieuse dans le traitement des maladies de peau que sont l’eczéma et le psoriasis.

Préserver son capital soleil

La notion de « capital soleil » est apparue depuis quelques années pour sensibiliser aux risques d’une exposition excessive. Comparable à une réserve d’énergie, il ne se régénère pas mais varie selon les individus. Il est donc important de le préserver, principalement en évitant les coups de soleil.

Les mesures préventives sont simples : éviter toute exposition prolongée au soleil, particulièrement entre 11 heures et 16 heures. Pour cela, les dermatologues recommandent le port de vêtements couvrants et de chapeaux. La crème solaire doit être appliquée une demi-heure avant l’exposition et être renouvelée toutes les deux heures.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !

Mélanome, DMLA, addiction…

Le soleil fait tant de bien qu’il peut rendre accro. Il ne s’agit pas seulement d’une formule abusive. La libération d’hormone que provoque une exposition au soleil est à l’origine d’un mécanisme de dépendance, selon une étude. Les endorphines qui expliqueraient notamment cette addiction aux UV.

Mais le soleil à l’excès provoque plus de risques que de bénéfices. Outre le célèbre coup de soleil, l’effet le plus connu est le mélanome, un cancer de la peau provoqué par une exposition répétée aux rayons ultraviolets.



L’astre s’attaque aussi à nos yeux par le biais des UV, qui enflamment les muqueuses qui tapissent l’intérieur des paupières. Le risque de kératites (ulcérations de la cornée) et d’apparition précoce de la cataracte (opacification du cristallin) est également avéré. Porter des lunettes permet aussi de réduire le risque d’apparition d’une dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), principale cause de cécité dans le monde.

Les mesures de protection (crème solaire, lunettes) sont d’autant plus recommandées que les UV continuent d’agir plusieurs heures après l’exposition. Ainsi, des coups de soleil peuvent apparaître de nuit.

Le danger des cabines UV

Cabines, lits et lampes de bronzage sont populaires, particulièrement auprès des jeunes. Mais ces appareils qui permettent d’obtenir un teint hâlé s’accompagnent de vrais risques pour la santé. En effet, leur usage ne s’accompagne pas toujours d’une protection adéquate. Résultat : selon l’Institut de Veille Sanitaire (InVS), les cabines UV seraient responsables de 19 à 76 décès par mélanome cutané chaque année. Une étude menée aux Etats-Unis a également établi un lien entre l’utilisation de ces appareils chez les jeunes et l’apparition précoce de carcinomes basocellulaires.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité