Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur la souris

Soleil : pourquoi les adeptes des UV deviennent accros

S’exposer trop souvent au soleil peut créer une dépendance. C’est ce qu’affirme une étude, qui montre comment  les UV déclenchent une addiction bien réelle.

Soleil : pourquoi les adeptes des UV deviennent accros Lézarder au soleil peut rendre accro (Stephen Simpson/REX/REX/SIPA)

  • Publié 20.06.2014 à 13h20
  • |
  • |
  • |
  • |


Être accro au soleil n’est pas une simple expression. Ceux qui ne peuvent pas se passer du soleil sont conscients des risques… mais dépendent littéralement des rayons UV. Une étude parue dans Cell ce 19 juin explique que l’exposition au soleil libère des hormones et crée une mécanique de dépendance.

 

De vrais signes de manque

Tous ceux qui se massent sur les plages l’été le savent : trop de soleil augmente le risque de cancer de la peau. Mais l’exposition chronique au soleil comporte un autre risque, plus pernicieux : l’addiction aux UV. Cela paraît étonnant, mais des études l’ont déjà montré : les personnes qui lézardent régulièrement au soleil présentent des signes cliniques comparables à une dépendance aux drogues. Jusqu’ici, il était difficile d’expliquer comment c’était possible.

 

Afin de déterminer comment les rayons UV peuvent déclencher une addiction, les chercheurs ont examiné le comportement de souris rasées. Un groupe a été exposé à des UV pendant 6 semaines, durant lesquelles les niveaux d’endorphine – plus connue comme l’hormone du bonheur – grimpaient dans le sang des rongeurs. Ensuite, les chercheurs ont administré aux animaux des médicaments qui bloquent le récepteur des opioïdes, activé par l’endorphine. Cela a déclenché des symptômes de manque : tremblements, convulsions, claquements de dents. Les souris se sont donc mises à éviter les zones où les médicaments leur étaient administrés, ce qui met en évidence une dépendance physique aux UV.

 

Le rôle de la vitamine D

Concrètement, l’exposition au soleil libère des endorphines qui se retrouvent dans le sang. Ces hormones ont le même mécanisme que des drogues comme l’héroïne : elles provoquent une dépendance physique, une accoutumance et un comportement addictif. Cela permet d’expliquer pourquoi certains ont le désir instinctif de s’exposer au soleil, en dépit des risques bien connus.
« Il est surprenant que nous soyons génétiquement programmés pour devenir accros à quelque chose d’aussi dangereux que les UV, qui sont probablement le carcinogène le plus dangereux au monde. Nous soupçonnons que l’explication implique une contribution des UV à la synthèse de vitamine D dans la peau », explique David Fisher, principal auteur de l’étude. « Cependant, aujourd’hui, des sources bien plus sûres et fiables de vitamine D existent, qui ne s’accompagnent pas d’un risque cancérigène ; il y a donc un vrai intérêt à éviter la lumière du soleil comme source de vitamine D », conclut-il.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité