Publicité

MIEUX VIVRE

Chez les femmes blanches

Mélanome : les coups de soleil dans l’enfance font bondir le risque

Les coups de soleil contractés lorsqu’on est enfant ou adolescents font exploser le risque de mélanome selon une étude, qui rappelle l’importance de protéger les plus jeunes des UV.

Mélanome : les coups de soleil dans l’enfance font bondir le risque DURAND FLORENCE/SIPA

  • Publié 03.06.2014 à 12h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Un coup de soleil dans l’enfance est loin d’être anodin. Une exposition imprudente au soleil avant 20 ans augmente fortement le risque de cancers de la peau, selon une étude récemment parue dans Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention. Pour parvenir à ces conclusions, une équipe américaine a suivi plus de 100 000 femmes caucasiennes pendant 20 ans.

 

Un quart des participantes a pris un coup de soleil sévère (avec formation de cloques) alors qu’elles étaient mineures, autant ont utilisé des cabines de bronzage. Au total, 7% des femmes ont développé un cancer, en majorité des carcinomes baso-cellulaires. Les chercheurs ont noté que l’exposition solaire au cours de l’existence prédit le risque de cancer cutané hors mélanome. Ce dernier est uniquement associé à l’exposition solaire au cours de la jeunesse (jusqu’à 20 ans) ; les personnes qui s’exposent à une dose excessive d’UV ensuite doublent le risque de développer un carcinome.

 

Un risque accru de 80%

Les participantes qui ont attrapé au moins 5 coups de soleil sérieux entre 15 et 20 ans augmentent de 68% le risque de carcinome et de 80% celui de mélanome. Dans le premier cas, l’association se renforce selon la dose d’UV à laquelle s’expose une femme. Dans le cas du mélanome, la dose ne compte pas. « Le type d’exposition au soleil n’est pas uniformément associé au risque des trois principaux cancers de la peau, ce qui suggère qu’il existe des différences dans la pathophysiologie de ces cancers cutanés », analyse le principal auteur de l’étude, Abrar Qureshi. « Le risque de développer un cancer de la peau dépend à la fois des facteurs de risque individuels et environnementaux. Les personnes à haut risque individuel – roux, avec de nombreux grains de beauté ou une forte susceptibilité aux coups de soleil –, devraient faire attention à ne pas trop s’exposer au soleil, particulièrement quand ils sont jeunes », ajoute-t-il.

 

Ces résultats devraient tout particulièrement attiser la vigilance des parents selon les chercheurs. Ils leur conseillent de protéger au maximum les plus jeunes d’une exposition au soleil. Pour cela, il suffit de chercher l’ombre autant que possible mais aussi de les couvrir à l’aide de vêtement et de chapeaux ou encore avec de la crème solaire. Mais les adultes ne doivent pas non plus relâcher leur vigilance : ils sont plus exposés au risque de carcinome, le cancer cutané le plus fréquent avec 65 000 nouveaux cas chaque année.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité