Publicité

MIEUX VIVRE

vital

Le sommeil paradoxal; les paradoxes du sommeil

Le sommeil n’est pas un état constant de relaxation. Les cycles sont même extrêmement complexes et surtout indospensable ; c’edst de l’architecture du sommeil que le corps tire toutes ses ressources

Le sommeil paradoxal; les paradoxes du sommeil lekcej

  • Publié 18.03.2018 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


On ne peut pas vivre sans sommeil. Tous les enfants

vous l’expliqueront. C’est d’ailleurs comme cela qu'on leur apprend que Jules César aurait tué Vercingétorix en l'empêchant de dormir. Tout simplement en le stimulant sans arrêt pour perturber une mécanique complexe et bien réglée, celle des cycles. Une mécanique sur laquelle est basé tout notre système de sommeil. Les nouveaux historien mettent à mal ce qui est sans doute une légende mais mobtre bien que l’on connaît depuis longtemps l’importance du sommeil.

Un cycle dure de 40’ à 2 heures selon les individus. Chacun de nous possède son cycle dont la durée est immuable, inscrite dans notre cerveau.

Lorsque l’on sait que tout le monde a impérativement besoin de 3 à 4 cycles par nuit en moyenne,   on comprend pourquoi les courts dormeurs ont besoin de 2 à 3 heures de sommeil avec le même résultat bénéfique que les longs dormeurs pour qui, une nuit de 7 à 8 heures est un minimum indispensable.

Entre 2 cycles, nous sommes complètement réveillés, mais l’on ne s’en souvient pas, car ce réveil dure en général quelques secondes. S’il atteint la minute, cela explique pourquoi, certains matins, on se réveille avec la sensation d’avoir mal dormi.

Chaque cycle est divisé en plusieurs parties.

La première est celle de l’endormissement. Quelques minutes pendant lesquelles nous sommes encore hautement réveillables là où par exemple le simple fait d’éteindre la télévision fait tout reprendre à zéro.

La deuxième partie est beaucoup plus sérieuse, même si ce n’est qu’une étape intermédiaire qui permet, en quelques dizaines de minutes d’atteindre ce que l’on appelle le sommeil lent profond. Ce que le bon sens populaire nomme à juste titre le sommeil réparateur… pendant lequel , effectivement notre corps se répare

Paradoxe

Tout pourrait s’arrêter là quand survient, comme un coup de tonnerre dans le ciel d’été, le sommeil paradoxal. Paradoxal car on continue de dormir pendant que notre cerveau, lui, s’affole.
Pourtant jamais l’éloignement de l’être n’a été aussi maximal. C’est d’ailleurs l’instant le plus dur pour réveiller quelqu’un. C’est le sommeil de l’équilibre psychique, là où l’on rêve. Car si sans sommeil on meurt, sans rêve on devient fou. Un exemple, les schizophrènes, ces malades qui ont des problèmes par rapport à la réalité ont peu ou pas de sommeil paradoxal.

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

Publicité

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

MÉDICAMENTS

Publicité