>
>
Infarctus du myocarde : 90 minutes pour déboucher l'artère coronaire
Infarctus du myocarde : 90 minutes pour déboucher l'artère coronaire
Infarctus du myocarde : 90 minutes pour déboucher l'artère coronaire
© 123RF-Katarzyna Biaasiewicz

Infarctus du myocarde : VIVRE AVEC

Un traitement au long cours est-il nécessaire ?

Il est très important de comprendre que l'infarctus du myocarde est un épisode aigu d'une maladie chronique, l’athérosclérose, qui est une maladie artérielle globale. Un traitement contre la récidive de l’infarctus et la progression de l’athérosclérose doit donc être poursuivi sans interruption après l’infarctus. Il est donc important d’être bien surveillé, au moins tous les trois mois au départ et des échographies cardiaques seront régulièrement réalisées pour évaluer la capacité fonctionnelle du cœur après l’infarctus. Il faut absolument signaler tout événement anormal au médecin et respecter le traitement prescrit. La composition de ce traitement est basée sur de nombreuses études qui valident l’intérêt de ce traitement et qui ont recueilli l'accord des experts du monde entier. En cas d’effet indésirable lié au traitement, il ne faut pas l’arrêter mais en parler à son médecin qui sera à même de l’adapter afin d’atténuer ce problème ou de le faire disparaître.
Un arrêt de travail est généralement prescrit et sa durée est adaptée en fonction du type de profession et selon la gravité de l’infarctus, ses séquelles, l’état de santé général du malade et la nature de sa profession (travail sédentaire ou physique, port de charges, durée des transports). Avant la reprise du travail, il est nécessaire de voir un médecin du travail pour évaluer l'aptitude au poste de travail occupé et proposer des mesures adaptées.

La rééducation est-elle indispensable après un infarctus ?

Comme après tout accident musculaire, l'infarctus du myocarde nécessite une rééducation, également appelée « réadaptation cardiaque ». Elle a pour but de rééduquer le cœur à l'effort selon ses capacités et de permettre la reprise d'une vie la plus normale possible. La réadaptation est commencée progressivement lors de l’hospitalisation en service de cardiologie puis est pratiquée en ville ou dans un établissement spécialisé en soins de réadaptation cardiaque, que ce soit en hospitalisation (séjour de deux à trois semaines) ou en soins externes sans hospitalisation.
Au-delà du traitement médicamenteux et de la réadaptation, il est indispensable d’adopter un mode de vie sain en améliorant les habitudes alimentaires (augmenter la consommation de légumes et de fruits et réduire celle des graisses et des sucres, en supprimant la consommation de tabac et en développant l’activité physique. Une fois la réadaptation cardiaque achevée, 30 minutes d'activité physique modérée, cinq fois par semaine, sont recommandées.
Pour les activités sportives soutenues, il est préférable d’avoir l'accord du cardiologue. Ces activités sportives seront le plus souvent possibles après une évaluation de l’état fonctionnel du cœur grâce à une « épreuve cardiaque d’effort » sur un vélo ou un tapis roulant, et en évitant les sports de compétition. Après un infarctus du myocarde non compliqué, un voyage en avion est possible après deux à trois semaines.

<< LE TRAITEMENT
PLUS D'INFOS >>
Sur le même sujet :
Fermer X
NEWSLETTER
Recevez toutes les semaines les meilleures infos santé
je m'inscris
je suis déja inscrit