>
>
Addictions : vaincre la dépendance et éviter les overdoses
Addictions : vaincre la dépendance et éviter les overdoses
Publié le 20.01.2018
Mise à jour 30.08.2018
Addictions : vaincre la dépendance et éviter les overdoses
Motortion/iStock

Addictions : DIAGNOSTIC

Quand évoquer une addiction ?

Il n’y a pas de signes spécifiques mais un ensemble de comportements qui, mis ensemble, deviennent évocateurs.

• Les toxicomanes peuvent consacrer beaucoup de temps à obtenir et à consommer de la drogue, puis à récupérer après l'avoir consommée. Les personnes qui abusent de drogues peuvent donc négliger ce qui était important pour eux auparavant : les proches et les amis, le travail, l'école et les activités récréatives et sociales.

Les toxicomanes peuvent devenir « cachottiers », notamment quant à la manière dont ils dépensent leur argent. Ils continueront d'acheter de la drogue même en sachant qu'ils ne peuvent se le permettre financièrement.

Les personnes qui abusent de drogues peuvent commettre des actes très risqués, voire illégaux, qu'elles n’adopteraient pas en temps normal, comme conduire dangereusement ou voler de l'argent. Elles peuvent avoir des difficultés à se souvenir de certaines choses et à respecter leurs engagements.

 

• Chez l’adolescent, même si les parents s’efforcent de garder des relations ouvertes avec leurs enfants, cela ne suffit pas toujours à faire émerger un problème de toxicomanie, et un certain nombre de signes peuvent faire évoquer une addiction :

• Problèmes à l'école avec « décrochage » récent (absentéisme ou mauvais résultats)

• Secret accru entourant ses possessions, ses amis et ses activités.

• Utilisation d'encens, de désodorisants ou de parfums pour camoufler les odeurs de fumée ou de produits chimiques.

• Nouveaux centres d’intérêts à l'égard de vêtements associés à la consommation de drogue.

• Besoin accru d'argent.

• Disparition de médicaments d'ordonnance, notamment de narcotiques et de sédatifs.

 

Enfin, les parents peuvent trouver dans la chambre de l'adolescent certains articles associés à la consommation de drogue comme :

• Des accessoires pour la consommation (pipes à eau (« bongs »), pipes, seringues ou papier à rouler).

• Des produits d’inhalation (comme du fixatif, du vernis à ongles, du correcteur liquide ou des produits domestiques communs).

• Des chiffons et des sacs en papier utilisés comme accessoires pour les produits d'inhalation.

• Des gouttes ophtalmiques pour masquer les yeux rougis et les pupilles dilatées.

 

Comment diagnostiquer une addiction ?

Le diagnostic d’une addiction repose sur des critères internationaux bien définis, répertoriés dans un manuel, le Diagnostic and Statistical manual of Mental disorders (DSM-5).

Une personne est considérée comme souffrant d’une addiction quand elle présente ou a présenté, au cours des 12 derniers mois, au moins deux critères parmi les onze critères suivants :

  • Besoin impérieux et irrépressible de consommer la substance ou de jouer, ce que l’on appelle le « craving ».
  • Perte de contrôle de la personne sur la quantité et le temps dédié à la prise de substance ou au jeu.
  • Importance du temps consacré à la recherche de substances ou au jeu.
  • Augmentation de la tolérance au produit addictif : l'organisme devient peu à peu insensible à la substance et à ses effets, le consommateur doit accroître les doses pour obtenir le même niveau de plaisir.
  • Présence d’un syndrome de sevrage, c’est-à-dire de l’ensemble des signes provoqués par l’arrêt brutal de la consommation ou du jeu.
  • Incapacité de remplir ses obligations familiales, sociales et professionnelles importantes.

• Usage de la substance addictive ou du jeu même lorsqu'il y a un risque physique.

  • Problèmes personnels, familiaux ou sociaux.
  • Désir ou efforts persistants pour diminuer les doses ou l’activité.
  • Activités normales réduites au profit de la consommation ou du jeu.
  • Poursuite de la consommation malgré les dégâts physiques ou psychologiques.

 

L’addiction est qualifiée de faible si 2 à 3 critères sont satisfaits, modérée pour 4 à 5 critères et sévère pour 6 critères et plus.

Les experts du DSM ne recensent comme addiction que les dépendances aux substances et celles au jeu d’argent. Les usages intensifs de jeux vidéo, l’hyperactivité sexuelle ou professionnelle ne sont pas, à ce jour, considérés comme des addictions car les données scientifiques convaincantes manquent encore.

Par ailleurs, des adaptations cérébrales finissent par créer à long terme un « effet négatif » chez le sujet dépendant (trouble de l’humeur, anxiété, irritabilité). Cet état émotionnel négatif, avec les sensations désagréables du sevrage, deviendrait alors la motivation principale à consommer (« craving de soulagement »), au-delà de la recherche d’effets plaisants (« craving de récompense »).

 

Comment diagnostiquer une overdose ?

Les signes d'une overdose peuvent prendre différentes formes en fonction de la drogue utilisée.

Il existe bien sûr :

• Une action disproportionnée par rapport à l'effet normal (somnolence, coma ou hyperexcitation, crise d’épilepsie ou épisode hallucinatoire ou psychotique).

  • D’autres effets du fait des propriétés chimiques du produit.

• Et des signes non-spécifiques qui relèvent d’un dysfonctionnement profond du cerveau et du système nerveux central (confusion, vertiges, nausées, vomissements).

Le diagnostic est généralement simple si le produit est connu, mais s'avère plus difficile s’il y en a plusieurs associés ou si la personne ne peut ou ne veut pas dire de quelle substance il s'agit.

L’analyse des signes présentés par la personne et une recherche, avec un dosage, des toxiques dans le sang, vont aider le diagnostic.

 

Quand faut-il appeler un médecin ?

Les personnes confrontées à un problème d’addiction et leur famille sont souvent réticentes à appeler un médecin et les secours, même en cas d’overdose, de peur d’une intervention de la police, alors que cette dernière ne viendra qu’en cas de décès ou de violence.

• Il faut donc appeler d’emblée les secours en cas de confusion ou de troubles de la conscience, de convulsions, de maux de tête très violents, de douleur dans la poitrine, de difficultés respiratoires et d’état d’agitation avec attitude paranoïaque.

• Il convient toujours de se méfier d’une respiration très bruyante avec un ronflement qui peut témoigner d’un trouble respiratoire débutant.

 

Qu’est-ce que le syndrome de sevrage ?

Le syndrome de sevrage est un ensemble de troubles qui surviennent lors d’un sevrage, complet ou partiel, d’une substance psychoactive, consommée de façon répétée et prolongée. Il est à différencier du sevrage des malades qui est un processus médical qui vise à aboutir à ce que le malade puisse se passer de sa drogue sans trop de problèmes.

Chaque syndrome de sevrage est spécifique d’une substance addictive en particulier et peut s’accompagner de signes de désordre physiologique. Le syndrome de sevrage est l’un des indicateurs d’une dépendance. L’installation et l’évolution du syndrome de sevrage sont limitées dans le temps et dépendent de la nature et de la dose de la substance consommée immédiatement avant l’arrêt ou la réduction de la consommation. En règle générale, les caractéristiques d’un syndrome de sevrage sont à l’opposé de celles d’une intoxication aiguë ou overdose.

• Le syndrome de sevrage aux opiacés s’accompagne d’écoulements par le nez (« rhinorrhée »), de larmoiements (formation excessive de larmes), de douleurs musculaires, de frissons, d’une érection des poils (« piloérection ») et, sous 24 à 48 heures, de crampes des muscles et du ventre. Le comportement de recherche compulsive du produit est très marqué et persiste après la diminution des signes physiques.

• Les signes de sevrage au cannabis seraient en lien avec la régulation des « endocannabinoïdes » dans le système nerveux central avec : irritabilité voire agressivité, anxiété, tristesse voire dépression, agitation, troubles du sommeil, baisse de l’appétit… Ces signes de manque et leur sévérité ressemblent beaucoup à ceux du sevrage tabagique bien que les perturbations du sommeil apparaissent plus prononcées pour le cannabis.

• Le syndrome de sevrage aux stimulants est moins clairement défini que les syndromes de sevrage de dépresseurs du système nerveux central. Le phénomène de dépression est toujours important et s’accompagne d’un état de malaise, d’inertie et d’instabilité émotionnelle.

• Le syndrome de sevrage alcoolique se caractérise par des tremblements, une anxiété, une agitation, une dépression, des nausées et un état de malaise. Il survient 6 à 48 heures après un sevrage alcoolique et, en l’absence de complication, se dissipe sous 2 à 5 jours. Il peut toutefois se compliquer de crises tonico-cloniques et évoluer vers un délire (connu sous la dénomination « delirium tremens »).

• Le syndrome de sevrage aux sédatifs partage de nombreuses caractéristiques avec le sevrage alcoolique. Il peut toutefois également être associé à des douleurs et des secousses musculaires, à des déformations de la perception et à une altération de l’image du corps.

<< COMPRENDRE
TRAITEMENT >>
Sur le même sujet :